Musée d’art africain Arellano Alonso, Université de Valladolid, Espagne

Le Musée d’art africain Arellano Alonso (espagnol: Museo de Arte Africano Arellano Alonso) de l’Université de Valladolid, est une institution à but non lucratif créée en 2004. Il possède une collection exceptionnelle d’art de l’Afrique sub-saharienne donnée par Alberto Jiménez- La Fondation Arellano Alonso, dont une partie est exposée dans trois salles situées dans le Palais de Santa Cruz, organise périodiquement des activités informatives et formatrices visant à apporter la culture et l’art africain à tous ceux qui s’intéressent au continent africain inconnu.

Histoire;
La Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso a été créée le 3 mai 2004 au sein de l’Université de Valladolid, grâce à l’accord conclu avec le mariage Jimenez-Arellano Alonso. Le travail de collecte depuis les années 50 développé le mariage a donné lieu à ce don généreux et désintéressé, qui a été la naissance de la Fondation Arellano Alonso. La fondation abrite une vaste collection d’art, à la fois peinture contemporaine et sculpture, ainsi que l’art africain, entre autres. La collection consacrée à l’art africain est divisée en trois salles d’exposition – la salle Renaissance, la salle des recteurs et la salle San Ambrosio. avec une section importante de la sculpture en terre cuite.

Depuis son ouverture en 2004 les deux types d’art ont été montrés mais le grand prestige de la collection d’art africain a mené au remodelage des salles et à partir du 21 avril 2010 les trois salles montrent une grande partie des fonds de la Fondation. L’exposition comprend les cultures africaines les plus importantes dans le travail de l’argile à travers l’histoire. En 2012, la troisième salle (Sala de San Ambrosio) a été inaugurée sous le nom de “Royaume d’Oku”.

La collection d’art africain:
La collection rassemble environ 130 sculptures réalisées en terre cuite, matériau millénariste et fragile, de conservation complexe et difficile à trouver. Certaines des cultures représentées sont: culture Nok, Ifé, Royaume du Bénin, Sokoto, Jukun, Komaland, Ashanti, Katsina, Dori, Mangbetu, Paré, Djenné, Ségou, Igno, Cham, Longuda, Bankoni, Yorouba, Agni, Mambila ou Bura, entre autres et qui sont exposées dans la salle de la Renaissance et dans la salle des recteurs.

Les spécimens datent du 5ème siècle avant JC. Jusqu’au XX de notre ère et certains sont des pièces exceptionnelles comme le seul couple connu dans le monde entier culture Jukun (dont il existe à peine une douzaine de pièces dans le monde), l’un des rares chefs connus de la culture de l’ancien royaume du Bénin fait dans terre cuite (datée du XVIe siècle) ou ensembles significatifs, comme est formé par quatorze pièces de la culture Nok, premier exemple de sculpture figurative en terre cuite de l’Afrique noire, à côté de l’égyptien.

L’élément iconographique principal de cette collection est la culture humaine: des personnages qui donnent refuge aux esprits, représentent des ancêtres ou constituent des images de pouvoir. Petit humain complet ou incomplet sont aussi les quarante pièces d’une culture qui, en 1985, a été exposée par des fouilles menées par l’Université du Ghana dans le nord du pays et qui a été rebaptisée Komaland.

L’autre partie importante de cette collection d’art africain est composée de sculptures faites de bronze ou d’autres métaux avec une collection de pièces traditionnelles africaines et d’objets ethnographiques. Une partie de ces fonds, de nature ethnologique, sont exposés dans la galerie de San Ambrosio où est exposée la dernière collection de la Fondation qui recrée le Royaume d’Oku, situé dans l’ouest du Cameroun. Il est composé d’objets liés au roi qu’il utilise lors de réceptions royales, fêtes ou cérémonies rituelles.

Art africain: Terracotta
La salle Renaissance, située au rez-de-chaussée du palais, abrite une partie de la collection de terre cuite africaine dont le motif commun est la figure humaine. L’exposition jette un regard chronologique à travers les pièces des différentes cultures installées autour des bassins des fleuves Niger et Congo, lieux où il était facile de trouver la matière première: la boue. En outre, les fonds sont complétés par quelques œuvres de la partie orientale du continent, en particulier la Tanzanie et l’Éthiopie.

La collection de sculpture en terre cuite de la Fondation Arellano Alonso est l’une des plus exceptionnelles d’Europe, tant en termes de nombre que de pertinence des cultures qu’elle comprend. Les peuples qui s’y trouvent sont situés dans les bassins du fleuve Niger, du Congo et de ses affluents, en plus de la Tanzanie et de l’Ethiopie, des endroits où il était facile de trouver la matière première fondamentale, la boue.

La plupart des villages conservés dans la salle Renacimiento sont situés dans la vallée du fleuve Niger. Bien sûr, ils ont tous des styles et des cultures différents. De cette façon, la culture la plus ancienne de l’Afrique de l’Ouest se trouve au Nigeria, la culture Nok, qui, selon les dernières recherches, peut être datée du VIIe siècle av. J.-C. au IXe siècle après JC. Les villages de Sokoto et Katsina, qui appartiennent entre le cinquième c. BC et le huitième c. AD sont leurs disciples – mais sans trop d’artifice.

Au XIIe siècle (Moyen Âge européen) et au Nigeria, nous serons témoins de l’art de la cour raffiné du royaume d’Ife et de l’ancien royaume du Bénin, avec l’idéalisation des images comme un échantillon de l’exaltation monarchique. L’importance du matériau qui a servi à les fabriquer ne peut être omise, puisque la plupart des œuvres appartenant aux deux cultures sont conservées en bronze et non en terre cuite.

Au Mali, quatre cultures importantes se sont développées entre le dixième et le dix-septième siècle, comme Ségou, Bankoni, Tennenkou et, surtout, Djenné, en raison de sa variété iconographique et du grand expressionnisme que ses images montrent.

La connaissance de ces cultures est récente, étant les premiers vestiges au début du 20ème siècle, le plus souvent par hasard, alors que les fouilles archéologiques avec des critères scientifiques sont plus récentes et rares. A cela s’ajoute la prédominance de la tradition orale qui a provoqué une grande perte d’information qui aurait permis de contextualiser la fabrication des œuvres et de leurs créateurs. Le résultat est donc l’ignorance de l’origine et de la structure sociale de la plupart des peuples.

Parmi les cultures qui composent cette exposition: Nok, Sokoto, Katsina, Ifé, l’ancien royaume du Bénin, Djenné, Bura, Jukun, Mambila ou Mangbetu et Paré.

Art africain: Royaume d’Oku
La salle San Ambrosio, située sur la mezzanine du bâtiment, est dédiée au royaume d’Oku, un territoire situé au nord-ouest de l’actuelle République du Cameroun, dans la région des Prairies dont la capitale est Elak. Il a une population approximative de 120 000 habitants regroupés dans 36 villes. L’orographie particulière, caractérisée par de hautes montagnes volcaniques, a conduit à un certain isolement qui permet la persistance d’une structure presque féodale.

Fon Sintieh II est le monarque d’Oku. En 2006, il a commencé à négocier avec Ramón Sanz pour la signature d’un accord dans lequel la Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso est nommée “(…) son ambassadeur pour la promotion des valeurs culturelles et artistiques en Europe”. En plus de cet accord, il y a eu l’arrivée de plus d’une centaine d’objets de matériaux différents à Valladolid et constitue la plus récente incorporation aux collections d’art africain de la Fondation Arellano Alonso. Ces objets reflètent les traditions, les croyances et l’organisation sociale de ce royaume. Ces objets peuvent être visités dans l’exposition permanente “Le Royaume d’Oku”, dans la Sala de San Ambrosio du Palais de Santa Cruz de Valladolid.

Dans l’échantillon, les insignes se distinguent, c’est-à-dire les objets dont l’usage est réservé exclusivement au souverain. Ce sont des pièces, la plupart sculptées dans le bois, qui mettent en évidence le grand développement de cet art qui a atteint, en général, dans tout le Cameroun. Parmi ces redevances figurent les lits de leadership, les trônes rituels ou les robes traditionnelles que seul le Fon (le roi) peut porter dans certaines cérémonies.

Les objets les plus pertinents sont les lits de leadership qui sont utilisés dans les cérémonies d’intronisation et les trônes rituels dans ces événements ou dans le culte des ancêtres. Mais peut-être le plus frappant de tous sont les colonnes des porches des maisons (comme la de la Guerre) et les palais (comme le du monarque propre), en se basant sur une iconographie d’identification avec le monarque avec des emblèmes. et des symboles d’autorité comme des léopards, des cloches …

Sont également frappants les masques11 de certaines des sociétés secrètes traditionnelles qui ont encore une grande importance dans la société d’Oku et dont les activités et les objets doivent rester dans le mistero le plus strict. Les Sociétés sont chargées d’arrêter les comportements antisociaux qui menacent le bien-être général ou la tentative contre les coutumes traditionnelles, en maintenant l’harmonie et la paix sociale. Les punitions sont appliquées par leurs “masques”, qui ont une charge magique, synonyme de “médecine”, qui leur donne leur pouvoir et leur donne la vie. C’est pourquoi ils “dansent” dans des cérémonies traditionnelles et des rituels de toutes sortes (judiciaire, funéraire, intronisations …). Plus votre danse est agressive et plus son apparence est répugnante, plus grande sera sa puissance.

Cette exposition constitue la plus récente incorporation aux collections du Musée d’art africain Arellano Alonso par la Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso. C’est le couple Arellano Alonso qui a fait don de la collection et payé l’assemblée.

Dans la partie supérieure de cette salle est la Galerie de San Ambrosio, qui recueille divers objets ethnographiques.

Art africain: les cavaliers
La Salle des Recteurs aborde la collection d’Art Africain: Les Cavaliers, situés au rez-de-chaussée, sert d’introduction à l’ensemble de la collection. Il vous permet de découvrir quels sont les principaux matériaux couramment utilisés dans l’art africain, qui vont au-delà du bois associé aux célèbres masques.

Parlant de la salle des Recteurs parle de l’Afrique en contact avec la Terre Mère, où nous pouvons voir quels matériaux sont utilisés dans les créations artistiques, étant notre terre cuite spéciale, ainsi que l’impressionnante collection de cavaliers africains, sans laisser passer les connaissances artistique d’une grande partie des animaux qui existent en Afrique. — Parler de la salle des Recteurs parle de l’Afrique en contact avec la Terre Mère, où l’on peut observer le type de matériaux utilisés dans les créations artistiques, la terre cuite étant le cas le plus spécial, ainsi que l’impressionnante recompilation des cavaliers africains. tenir compte des connaissances artistiques sur les animaux vivant en Afrique.

L’ensemble des six cavaliers exposés dans cette salle est exceptionnel tant par sa rareté que par son nombre élevé par rapport à ceux que l’on peut voir dans d’autres collections européennes. Les représentations des cavaliers sont exceptionnelles dans l’art africain en raison de la difficile survie des chevaux dans la zone subsaharienne (insuffisance d’eau, paludisme ou morsure de la mouche tse-tse). Ces sculptures ont été modélisées pour être déposées dans les autels funéraires et, de plus, la ressemblance des traits entre l’animal et le cavalier attire l’attention.

L’utilisation d’un grand nombre de matériaux différents a été constante dans la réalisation artistique africaine. On peut dire de façon généralisée que le bois est le matériau le plus fréquent, mais que l’on fabriquera des objets avec d’autres matériaux, comme la pierre qui, malgré son caractère inhabituel, présente toujours un grand intérêt. Le laiton ou le laiton sont des matériaux également utilisés dans ces créations, en utilisant la technique de la cire perdue. Les armes, les outils et les objets ménagers ont été fabriqués avec du fer.

L’utilisation des textiles est très intéressante, car selon leur usage, le prestige social ou rituel était accordé dans une culture. Les textiles les plus intéressants sont ceux fabriqués par les Kuba de l’actuelle République démocratique du Congo et les Ashanti du Ghana. Les tissus sont normalement fabriqués par des hommes, en utilisant des fibres végétales (lin, jute ou raphia), du coton, de la soie et de la laine. Ce sont les femmes, cependant, qui sont responsables de la décoration par broderie ou applications.
Nous ne pouvons pas manquer de faire des colliers ou d’autres éléments décoratifs tels que des perles de verre, des cauris, des coquillages, des plumes, des mollusques, des graines … Tous étaient utilisés non seulement comme symbole de beauté ornementale, mais aussi comme distinction sociale.

Mais peut-être, le matériau sur lequel nous devons nous concentrer sur son antiquité est l’argile, car il était déjà connu au IXe siècle avant JC. Un matériau qui est recueilli directement des berges des rivières et avec lequel les pastilles sont formées. La modélisation a été faite à la main, sans l’aide d’un tour, la technique la plus commune étant appelée “churros”, dans laquelle les cylindres d’argile sont superposés pour donner naissance à une figure.
La décoration de l’argile se fait à travers des incisions, des motifs en relief ou l’application de couleur avec des pigments végétaux et minéraux. Après quelques jours de séchage, les objets sont cuits dans des fosses extérieures.

Enfin, dans cette salle, des pièces sont temporairement exposées, situées dans une section permanente appelée Miradas sobre África, dans le but de faire connaître cette partie de la collection qui resterait sinon cachée dans les entrepôts de la Fondation.

Art contemporain:
Les représentations artistiques contemporaines couvrent une grande amplitude temporelle et stylistique, où apparaissent une grande variété de représentants importants que se conforme l’art du siècle XX.

Pablo Picasso, Joan Miró, Chillida, Antonio Saura, Manuel Millares, Chirino, Anthony Caro, Esteban Vicente, Daniel Vázquez Diaz, Pablo Palazuelo, Luis Gordillo, Rafael Canogar, Adolfo Schlosser, Luis Feito ou Gerardo Rueda sont les grands représentants de cette collection. cela laissera la place aux créateurs les plus actuels qui sont entre les années 90 du 20ème siècle et le début du 21ème siècle. Ces représentants sont Xavier Grau, Ángel Bofarull, Ricardo Cárdenas, Isidro Blasco, David Israël, Gonzalo Sicre … parmi beaucoup de grands noms.

Un sous-groupe qui pourrait être mis en évidence parmi eux est celui des créateurs espagnols, tels que Carmen Calvo, Marina Nuñez, Esther Pizarro, Blanca Muñoz ou Teresa Moro, tous inclus dans les fonds et qui représentent le grand protagonisme et l’importance de les femmes créatives dans le panorama artistique actuel.

Une collection, qui comprend des œuvres d’auteurs ayant leur propre espace dans l’histoire de l’art, ainsi que les noms d’artistes contemporains exceptionnels consolidés dans la scène artistique nationale et internationale.

Collection de peinture et de sculpture:
La famille Jiménez-Arellano Alonso a légué à la Fondation une collection composée d’œuvres picturales et sculpturales appartenant principalement à l’art espagnol contemporain de la seconde moitié du XXe siècle, bien qu’elle ait aussi des exemples de mouvements et de styles baroques européens. Ils ne sont pas exposés, mais ils sont assignés à des institutions telles que la mairie de Valladolid, le musée Reina Sofia ou l’université de Valladolid.

Collection bibliographique
Le musée possède 3 000 volumes liés à l’art contemporain et à l’art africain.

Autres collections
Une partie de l’héritage est constituée de divers ensembles d’art asiatique ancien, d’art précolombien, d’arts décoratifs et d’art religieux.

Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso:
La Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso a été créée le 3 mai 2004 au sein de l’Université de Valladolid, grâce à l’accord conclu avec le couple Jiménez-Arellano Alonso. La Fondation porte le nom de leur premier-né. Le processus de collecte artistique, développé par la famille depuis les années 50, est à l’origine de ce don généreux et altruiste qui a supposé l’origine de la Fondation.

La Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso est située à Valladolid, l’endroit idéal pour exposer une collection où la sculpture acquiert une signification pertinente. Présentées dans différentes pièces de la Place Santa Cruz, les pièces qui composent la collection ont trouvé refuge dans une ville et un environnement intimement liés à la tradition sculpturale ainsi qu’à la conservation et à la préservation d’œuvres d’art sculpturales.

La Fondation Alberto Jiménez-Arellano Alonso (UVA) est une organisation à but non lucratif, inscrite dans le cadre de l’Université de Valladolid, dont le but essentiel est de promouvoir les arts.

En outre, il cherche l’expression plastique de ces valeurs supérieures de liberté et de tolérance à travers la prolifération des activités artistiques.

La Fondation se concentre sur la promotion de la connaissance et de l’investigation de l’art contemporain et africain, ainsi que sur la culture africaine et toutes les manifestations artistiques et culturelles liées aux collections stockées au sein de la Fondation.

De plus, l’expansion de la collection par des dons, des transferts et des legs devient essentielle afin de faciliter une connaissance plus large et une vulgarisation de ces collections.

Tags: