Goût esthétique

En sociologie, le goût est le modèle de choix et de préférence personnel et culturel d’un individu. Le goût dessine des distinctions entre des choses telles que les styles, les mœurs, les biens de consommation et les œuvres d’art et relatives à ceux-ci. L’enquête sociale sur le goût concerne la capacité humaine à juger ce qui est beau, bon et approprié.

Les phénomènes sociaux et culturels concernant le goût sont étroitement associés aux relations sociales et aux dynamiques entre les personnes. Le concept de goût social est donc rarement séparé des concepts sociologiques qui l’accompagnent. Une compréhension du goût comme quelque chose qui s’exprime dans les actions entre les personnes aide à percevoir de nombreux phénomènes sociaux qui seraient autrement inconcevables.

Les préférences esthétiques et la participation à divers événements culturels sont associées à l’éducation et à l’origine sociale. Différents groupes socio-économiques sont susceptibles d’avoir des goûts différents. La classe sociale est l’un des principaux facteurs structurant le goût.

Définitions
La signification du goût a varié de temps en temps. Le goût était initialement lié aux critères de beauté et aux règles de l’art. Le goût prend une place prépondérante au XVIIIe siècle, avec une connotation pédagogique par l’idée d ‘«éducation gustative» (voir Voltaire et Rousseau).

Pour Emmanuel Kant, dans Critique de la faculté de juger (1790), le goût est la «faculté de juger» la beauté. Une faculté subjective, mais dont le jugement est néanmoins d’une valeur universelle. Pour l’Anglais Shaftesbury, dont le travail est repris par Diderot, le goût est une faculté naturelle et créative, régie par ses propres lois.

Deux aspects fondamentaux ressortent en ce moment:

le goût comme faculté subjective, innée ou perfectible de juger les qualités objectives d’une œuvre d’art
le goût comme phénomène collectif (facteurs sociaux), par adhésion aux préférences esthétiques d’un groupe ou d’une époque (phénomène de mode)
Pour le philosophe allemand Hegel (1770-1831), le critère du goût est une approche superficielle et externe de l’art, qui tend à le réduire au simple divertissement. Dans son système philosophique, l’idée esthétique doit être vraie; La beauté exige donc «la soumission de la subjectivité» et le goût n’est plus lié au beau: «le goût s’éloigne et disparaît devant le génie» 4.

A partir du xix ème siècle, le goût prend une nouvelle signification: la capacité à entrer dans la modernité et le caractère historique, avec des auteurs tels que Baudelaire, Mallarmé et Valéry.

Dès le milieu du xx e siècle, le concept gustatif semble définitivement abandonné par la critique artistique et littéraire pour diverses raisons, notamment les normes de méfiance (règles de beauté, art institutionnel) ou la méfiance de la subjectivité du jugement esthétique. Les mécanismes sociaux et économiques de la détermination du goût ont également été clarifiés par des études sociologiques. Selon Anne Souriau, l’analyse contemporaine du goût tend à s’opposer à deux aspects 5: la préférence individuelle et la finesse du jugement.

Esthétique
Le concept de l’esthétique a été l’intérêt de philosophes tels que Platon, Hume et Kant, qui ont compris l’esthétique comme quelque chose de pur et ont cherché l’essence de la beauté, ou l’ontologie de l’esthétique. Mais ce n’est pas avant le début de la sociologie culturelle du début du XIXe siècle que la question a été problématisée dans son contexte social, qui a pris les différences et les changements dans la vision historique comme processus important de la pensée esthétique. Bien que la Critique du jugement d’Emmanuel Kant (1790) ait formulé une idée non relativiste d’universalité esthétique, où coexistent à la fois le plaisir personnel et la beauté pure, ce sont des concepts tels que le goût de la classe qui ont tenté de trouver des réponses essentiellement sociologiques au problème du goût. et esthétique. Les interprétations métaphysiques ou spirituelles des valeurs esthétiques communes se sont déplacées vers la localisation des groupes sociaux qui forment le goût ou la mode artistique contemporain.

Les arts
Valeriano Bozal, dans l’introduction à sa monographie sur Goya, souligne la difficulté de l’insaisissabilité impliquée dans le traitement du goût dans l’histoire de l’art. Dans le travail de Goya, avec les Lumières, avec la Révolution française et avec la décadence de l’Espagne, la proclamation de la Première Constitution espagnole à Cadix, la confiscation des biens de l’Eglise, Ferdinand VII, etc. Il y a un goût pour les images , grotesque, magique, dénonciation de la cruauté, de la violence et du paysage, comme on peut le voir dans «Assaut de diligence», entre autres.

Clement Greenberg souligne le sens différent du mot «goût» en ce moment avec une caractéristique plus banale, et celle du romantisme, plus méditative. Sur la relativité du goût, Léonard de Vinci dit: “La beauté avec la laideur devient plus puissante l’une à côté de l’autre.” L’esthétique aide à la discrimination et à l’élaboration du goût, mais «n’a pas répondu aux attentes lors de l’explication des goûts». Qui a “bon goût” apprécie les travaux qui vont surmonter le passage du temps. Lorsque l’objet à percevoir est lié à la moralité, l’éthique aide à élaborer le goût. Il y a des auteurs qui étudient le goût esthétique avec le goût éthique.

Plusieurs opinions ont été exprimées quant à savoir si le goût est rationnel ou sensible, s’il peut être appris ou s’il est inné, s’il est individuel (ou subjectif) ou universel (ou objectif). Emmanuel Kant, dans la Critique du jugement, affirme que le sens du goût est basé sur un concept indéterminé et Montesquieu dans son Essai sur le goût pointe vers le concept indéterminé de «je ne sais quoi». Dans “Je ne sais pas quoi” Benito J. Feijoo fait allusion dans deux discours, qui font partie de l’œuvre Universal Critical Theatre alors que Stefan ZweigHe estime qu ‘”aucune œuvre d’art ne se manifeste à première vue dans toute sa profondeur et sa grandeur”.

En musique, l’art le plus spirituel, sans “message”, sans contenu, étant une suite d’impressions, le plaisir / mécontentement se manifeste immédiatement chez l’auditeur du destinataire, considérant que la vitesse à décider si une représentation est agréable ou non, capacité distribuée très irrégulièrement entre tous les spectateurs. Pour Bozal, «mettre en jeu la compréhension, c’est intervenir dans le goût et revenir au passé du classicisme baroque».

Andy Warhol a déclaré: «Si vous voulez savoir à propos d’Andy Warhol, regardez juste à la surface de mes peintures et mes films et moi, je suis là, plus loin il n’y a rien.» Le changement dans les formulations artistiques suit un itinéraire (Fauvisme, L’expressionnisme, le cubisme, le futurisme, le dadaïsme, le néoplasticisme, l’orphisme, etc.) qui est connu comme l’avant-gardisme, qui rompt avec les formes précédentes, les surmontant. La trajectoire ou le routage dans ces formulations est la source de discussions et de controverses dans ce qu’on appelle la postmodernité.

Dans l’antiquité qui a déterminé comment il voulait une œuvre d’art, il a commandé l’artiste, qui a dû le faire au plaisir de l’homme puissant qui l’a commandé. A la fin de l’Empire romain, cette dynamique durerait chez les nobles, chevaliers, guerriers et propriétaires fonciers, avec l’Église qui a pris le rôle d’organisateur de la société avec des mouvements tels que Paz et trêve, et les monastères abritaient l’art comme architecture, la peinture et la musique (par exemple, le chant grégorien) qui ont été maintenues pendant la majeure partie du Moyen Age.

Lors de la visite à un musée ou dans une exposition le silence maximum est demandé aux participants ce qui permet la concentration dans l’observation. Selon Ortega y Gasset, l’art moderne est essentiellement impopulaire, il divise l’auditoire entre ceux qui le comprennent et ceux qui ne le comprennent pas, ceux qui sont capables de regarder uniquement dans l’esthétique sans égard au contenu ou au message, ce qu’il veut dire, et ceux qui ne veulent pas voir le sens, n’entrent pas.

Lorsque les œuvres sont exposées sur des thèmes multiples, l’observateur contribue a priori à son propre intérêt esthétique. La répétition des visites aux musées, concerts, études académiques, etc. Elle augmente la capacité discriminante du goût.

Culture
Pour GWF Hegel, le goût correspond à l’ordre et au traitement de l’apparence extérieure d’une œuvre d’art. Parce que cette apparence extérieure de l’œuvre d’art pénètre dans la perception humaine, Hegel rejette les sens qui ne sont pas la vue et l’oreille. David Hume, sur Sur la règle du goût indique la difficulté ou l’impossibilité de normaliser le goût pour la grande différence entre le sentiment et le jugement.

Kant étudie les objets perçus dans deux domaines: ils peuvent être beaux et agréables ou ils peuvent être bons et utilisables. Lorsqu’un objet provoque une «sensation» immédiate, il peut être influencé par la sensation a priori de l’observateur. Le goût d’un bel objet est reconnu par tous, il est universalisable et communicable. Quand il y a une réflexion sur le «sentiment» que l’objet a provoqué, il peut y avoir un intérêt dans son utilisation et alors le goût, qui existe encore, n’est plus dans l’esthétique. Comme un exemple d’utilisation, Luci Anneu Flor fait une observation sur le comportement d’Aníbal en écrivant dans son livre sur Titus Livithat Aníbal a préféré savourer la victoire pour en profiter. “Avec la victoire posset uti, frui maluit.”

Avec les Lumières, le rôle de l’Église commence par diminuer la valeur et juger. L’art cesse d’être aristocratique pour devenir bourgeois. Plus tard, la critique, la provocation, comme par exemple dans les peintures de Goya, par Munch, Van Gogh est ajouté à l’art. Avec la modernité, puisque la beauté est débordée, il y a quelqu’un qui fait la laideur, l’obscénité présente, pour rompre avec le classicisme précédent. Le triomphe de cette pratique révolutionnaire, bohémienne, met en crise le concept antérieur de ce qu’est le goût.

Dans un concert de musique classique, il y a ceux qui considèrent le “mauvais goût” pour applaudir les mouvements du concert et la distance à l’interprète est claire. Sinon, dans un concert de rock, le public participe activement et avec plaisir. L’esprit de collectivité se retrouve aussi dans des cultures inédites comme le montre The Galaxy Gutenberg de Marshall McLuhan, citant un ouvrage de John Wilson pour l’Institut africain de l’Université Western de Londres “pour souligner que le public africain qui regarde un film ne siège pas Toujours, sans participer, en silence, les téléspectateurs africains ne peuvent accepter notre rôle de consommateurs passifs McLuhan lie l’alphabétisation de la société à la capacité de lier une perception à un concept et souligne que dans les cultures analphabètes la détermination du goût est simultanée à la perception.

De l’ère classique, le rejet de nouvelles choses est commun, ce qui rompt le goût traditionnel des choses déjà connues. Nous savons que les œuvres actuellement représentées avec succès par le public lors de leur publication ou de leur diffusion ont été reçues avec des échantillons de rejet. Ce rejet implique le manque d’étude d’une œuvre lorsqu’elle est nouvelle. La petite disposition à l’étude critique des nouvelles œuvres perçues peut être influencée par le grégariisme, le conformisme, les préjugés. L’étude critique dans une perception permet de déterminer si cette perception a une valeur esthétique.

Classes sociales
Dans le livre La Distinction de Pierre Bourdieu, il y a une étude sociologique du goût, loin de ce qu’il appelle des «discours culturels cultivés». Bourdieu décrit les conditions sociales qui permettent la génération du goût parce que l’éducation est liée à l’apprentissage du goût. Utiliser le mot «capital» pour décrire les capacités ou les pouvoirs que chaque observateur a à sa disposition pour examiner et juger: capital scolaire (connaissances et qualification), capital culturel (hérité de l’environnement familial), capital social, capital économique …

Il existe des pratiques «de classe»: fréquentation des concerts, maîtrise des instruments de musique (le piano est perçu comme plus noble que l’accordéon ou la guitare), visites de musées et d’expositions, lecture de «bandes dessinées», etc. signifie “séparé”, “diviser”.

Bourdieu souligne trois niveaux sociaux dans lesquels ils trouvent des goûts différents: ils sont le premier niveau qui reconnaissent des compositeurs tels que Bach, Mozart, des peintres comme Goya, Rembrandt, entre autres. Le deuxième niveau reconnaît des œuvres d’auteurs tels que Gershwing, Bernstein, Albéniz, Granados et des peintures impressionnistes, des peintures naturalistes, des chanteurs tels que Brel, Piaf, Bonet et d’autres. Le troisième niveau consomme de la musique légère de courte durée, ou de plus grande qualité mais dévaluée par la révélation.

Bourdieu souligne également la position classiste dans des activités telles que le sport (golf, polo, athlétisme, football, boxe, etc.) qui sont généralement acquises à l’école et à la famille, zones qui se situent auparavant dans chaque niveau social.

Ce qu’on appelle un goût social de haut niveau met un certain public hors de leurs objectifs. Selon le critique d’art américain Boris Groys, l’observateur actuel n’est pas le juge de l’œuvre d’art, mais l’œuvre d’art est celle qui est jugée par le public. Andy Warhol a brisé la distinction que l’artiste d’avant-garde avait avec le grand public.

L’histoire de la mode montre comment la classe sociale supérieure quitte la mode lorsqu’elle commence à s’installer dans la classe sociale inférieure. Dans la société divisée en classes, la mode forme un «continuum» d’union entre ces classes. Dans le cas de l’art, l’union est fragmentaire, discontinue.

Mode
Dans son livre L’empire de l’éphémère, Gilles Lipovetski commence par la phrase suivante: «Entre l’intellectualité, le thème de la mode n’a pas lieu». Parmi les quelques intellectuels qui prêtent attention à la mode, nous pouvons trouver Walter Benjamin (dans son travail Passages), Leopardi, Simmel. Dans la société primitive, où il n’y avait pas d’Etat ou de structures sociales et économiques très développées et, surtout, sans le sens de l’individualité et de l’autonomie, la mode n’existait pratiquement pas. L’individualisme s’est développé principalement dans le monde occidental depuis le dix-neuvième siècle n’ont pas apparu dans beaucoup de profondeur théorique.

“Self-plaisir”, connu sous le nom de narcissisme, augmente considérablement le désir d’améliorer l’apparence et la mode offre à l’individu la similitude possible avec les gens qui sont admirés pour une raison, esthétique, économique ou autre. critères, religiosité, individualisme, etc. Il en résulte une indifférence humiliante pour la valeur précitée.

La position sociale défavorable des femmes influence l’intérêt qu’elles portent à suivre la mode, puisque la mode accentue également l’individualisation et la parallélisme. La mode est l’imitation d’un modèle donné qui se mélange au besoin de se distinguer, de mettre en valeur, de changer sur le modèle qui a été choisi.

Au Moyen Age, les courtisans et les courtisans imitaient les caprices des rois dans l’habillement, le mobilier et la résidence. À mesure que la structure économique devenait plus complexe, ce désir d’imiter l’apparence des personnages de la classe supérieure s’étendait à tous les niveaux. La mode est devenue une démonstration de la place qui était occupée sur l’échelle sociale et le lieu qui était poursuivi. Sous le règne de Louis XIV apparaît la Haute Couture et le luxe devient un marché. Lipovetski mentionne l’individualisme esthétique qui permet aux consommateurs d’adapter un objet (vêtements, motos, etc.) au goût de chaque individu, en le modifiant partiellement. En anglais il y a un mot qui définit cette individuation: customiser, et en catalan cette mode est connue comme “customiser” (familièrement ‘customiser’).

À l’heure actuelle les goûts dans le monde de la mode sont inconstantes, éphémères et imprévisibles. Dans les marchés qui jouent un certain rôle dans la création de tendances, il y a l’informatique, les fabricants de matériaux, l’industrie cosmétique, la publicité, les producteurs de spectacles, les constructeurs de véhicules, les lobbies, etc.

En 1984, 20 millions d’exemplaires d’un album de Michael Jackson et 10 millions d’albums de Prince ont été vendus, fervents dans leur public. Lors des auditions de ces chansons, la passion s’est généralisée, la ferveur qui accompagne la transgression des normes traditionnelles, l’audace de changer le modèle conservateur. Mais la transgression des goûts et de la mode est déjà intégrée dans la société actuelle avec le rôle de taille compensatoire, équilibrant la conformité.

Il y a actuellement une augmentation de la liberté individuelle confinée principalement à la scène de la mode éphémère, étant rentable par le narcissique. Pour Lipovetsky, l’individu actuel est caractérisé par une «indifférence historique», l’une des caractéristiques de la postmodernité.

Le marché
En musique, le marché du goût repose sur 4 bras: les artistes interprètes ou exécutants, les gérants d’agences et de publics, les maisons de disques et les critiques. Dans de nombreux concerts, les compagnies choisissent les œuvres en fonction de l’historique des recettes qu’elles ont eues au box-office. Ces dimensions influencent l’artiste d’une certaine façon en prescrivant ce qu’il doit faire pour rejoindre le goût actuel du public.

Des études sont faites sur le goût du public face à divers travaux accumulant des données statistiques, des enquêtes, etc. Ces études peuvent être utilisées par les producteurs (d’œuvres de cinéma, de romans, de chansons, de publicité, etc.) conduisant à des conclusions peut-être malheureuses .

Pour Joan DeJean, qui a initié le marché de la mode dans le monde était Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), sous le règne du “Roi Sol” Louis XIV de la France.

Dans l’interprétation (musique, arts de la scène), il y a surtout l’effectism possible qu’il cherche à provoquer l’approbation dans le public et l’admission, éphémère, dans son propre droit.

Qui a “l’odeur” de trouver immédiatement au premier coup d’oeil une œuvre d’art est le vrai fan de l’art. Cette odeur est le résultat de l’éducation. Le marché des œuvres d’art, des auteurs et des genres met l’accent sur les marques sociales qui accompagnent le lieu où elles sont consommées, où elles sont publiées.

Le goût ne fait pas partie intrinsèque du monde, il n’est pas immuable, il est créé initialement et a une fin. La formation d’un goût peut provenir d’un marché prospère.

Consommation
Le goût et la consommation sont étroitement liés; Le goût en tant que préférence de certains types de vêtements, de nourriture et d’autres produits affecte directement les choix des consommateurs sur le marché. Le lien de causalité entre le goût et la consommation est cependant plus compliqué qu’une chaîne directe d’événements dans lesquels le goût crée une demande qui, à son tour, crée l’offre. Il existe de nombreuses approches scientifiques du goût, en particulier dans les domaines de l’économie, de la psychologie et de la sociologie.

Mécanique
La définition de la consommation dans son contexte économique classique peut être résumée dans le dicton «l’offre crée sa propre demande». En d’autres termes, la consommation est créée par et équivaut à la production de biens marchands. Cette définition, cependant, n’est pas adéquate pour accommoder toute théorie qui tente de décrire le lien entre le goût et la consommation.

Un économiste plus complexe pour le goût et la consommation a été proposé par l’économiste Thorstein Veblen. Il a contesté la conception simple de l’homme en tant que simple consommateur de ses nécessités les plus extrêmes, et a suggéré que l’étude de la formation des goûts et des modèles de consommation était essentielle pour l’économie. Veblen n’a pas négligé l’importance de la demande d’un système économique, mais a plutôt insisté sur le rejet du principe de la maximisation de l’utilité. La conception économique classique de l’offre et de la demande doit donc être élargie pour s’adapter à un type d’interaction sociale qui n’est pas immanent au paradigme économique.

Veblen a compris l’homme comme une créature avec un fort instinct pour imiter les autres à survivre. Comme le statut social est, dans de nombreux cas, au moins partiellement fondé sur ou représenté par sa propriété, les hommes ont tendance à essayer de faire correspondre leurs acquisitions avec celles qui sont plus élevées dans une hiérarchie sociale. En termes de goût et de consommation moderne, cela signifie que le goût se forme dans un processus d’émulation: les gens s’émulent, ce qui crée certaines habitudes et préférences qui, à leur tour, contribuent à la consommation de certains biens préférés.

L’argument principal de Veblen concerne ce qu’il appelle la classe de loisir, et il explique le mécanisme entre le goût, l’acquisition et la consommation. Il a pris sa thèse du goût comme un facteur économique et l’a fusionné avec l’hypothèse néoclassique de la non-satisfaction, qui stipule qu’aucun homme ne peut jamais être satisfait de sa fortune. Par conséquent, ceux qui peuvent se permettre des luxes sont forcément dans une meilleure situation sociale que les autres, parce que l’acquisition de luxes par définition accorde un bon statut social. Cela crée une demande pour certains biens de loisirs, qui ne sont pas des nécessités, mais qui, en raison du goût actuel des plus aisés, deviennent des marchandises recherchées.

À différentes périodes de temps, la consommation et ses fonctions sociétales ont varié. Au 14ème siècle, la consommation en Angleterre avait un élément politique important. En créant un goût aristocratique luxueux et coûteux, la monarchie pouvait se légitimer en haut statut, et, selon le mécanisme du goût et de la consommation, en imitant le goût du Royal, la noblesse rivalisait pour une haute position sociale. Le régime aristocratique de la consommation prit fin, lorsque l’industrialisation accéléra la rotation des marchandises et que les prix baissèrent, et que le luxe des temps passés devint de moins en moins un indicateur du statut social. Au fur et à mesure que la production et la consommation des produits devenaient plus importantes, les gens pouvaient se permettre de choisir parmi différents produits. Cela a permis à la mode d’être créée sur le marché.

L’ère de la consommation de masse marque encore un nouveau type de consommation et de goût. A partir du 18ème siècle, cette période peut être caractérisée par l’augmentation de la consommation et la naissance de la mode, qui ne peut être expliquée avec précision que par le statut social. Plus que d’établir leur classe, les gens acquéraient des biens uniquement pour consommer de façon hédoniste. Cela signifie, que le consommateur n’est jamais satisfait, mais cherche constamment des nouveautés et essaie de satisfaire l’envie insatiable de consommer.

Au-dessus du goût a été vu comme quelque chose qui présuppose la consommation, comme quelque chose qui existe avant les choix du consommateur. En d’autres termes, le goût est considéré comme un attribut ou une propriété d’un consommateur ou d’un groupe social. Une autre vue critique du goût attributif suggère que le goût n’existe pas en soi en tant qu’attribut ou propriété, mais plutôt en tant qu’activité en soi. Ce genre de conception pragmatique du goût tire son élan critique du fait que les goûts individuels ne peuvent pas être observés en eux-mêmes, mais plutôt que seuls les actes physiques le peuvent. S’appuyant sur Hennion, Arsel et Bean suggèrent une approche de la théorie pratique pour comprendre le goût.

Perspectives critiques
La consommation, en particulier le consumérisme de masse, a été critiquée dans diverses directions philosophiques, culturelles et politiques. La consommation a été décrite comme trop évidente ou écologiquement indéfendable, et également un signe de mauvais goût.

De nombreux critiques ont exprimé leur opinion contre l’influence croissante de la culture de masse, craignant le déclin de la divergence mondiale de la culture. Par exemple, McDonald’s a été considéré comme un monument à l’impérialisme culturel de l’Occident. McDonaldisation est un terme utilisé pour décrire la pratique parmi les entreprises de restauration rapide d’étendre leur franchise dans le monde entier, entraînant la disparition des petites entreprises ethniques et des cultures alimentaires. On prétend que la commodité d’obtenir le même hamburger peut réduire l’intérêt des consommateurs pour les expériences culinaires traditionnelles.

La culture occidentale du consumérisme a été critiquée [selon qui?] Pour son uniformité. Les critiques affirment que, tandis que l’industrie de la culture promet aux consommateurs de nouvelles expériences et aventures, les gens sont en fait nourris le même schéma d’accomplissement rapide mais temporaire. Il est suggéré que le goût est utilisé comme moyen de répression; comme quelque chose qui est donné d’en haut, ou de l’industrie de la culture de masse, aux gens qui sont dépourvus d’idéologies étendues et étendues et de volonté. Cette critique insiste sur le fait que la culture populaire occidentale ne remplit pas les gens de satisfaction esthétique et culturelle.

Classes sociales
On peut soutenir que la question du goût est liée de bien des façons aux divisions sociales sous-jacentes de la communauté. Il est probable qu’il y ait des variations entre les groupes de statuts socio-économiques différents dans les préférences pour les pratiques et les biens culturels, dans la mesure où il est souvent possible d’identifier des types particuliers de goût de classe. Aussi, dans de nombreuses théories sur le goût, la dynamique de classe est comprise comme l’un des principaux mécanismes structurant le goût et les idées de sophistication et de vulgarité.

Imitation et distinction
Les sociologues suggèrent que les gens divulguent beaucoup sur leurs positions dans les hiérarchies sociales par la façon dont leurs choix quotidiens révèlent leurs goûts. C’est la préférence pour certains biens de consommation, les apparences, les manières, etc. peuvent signaler un statut parce qu’il est perçu comme faisant partie du mode de vie des groupes à statut élevé. Mais, il est également soutenu, pas seulement que les modèles de goût sont déterminés par la structure de classe. parce que les gens peuvent aussi utiliser stratégiquement les distinctions du goût comme ressources pour maintenir et redéfinir leur statut social.

Lorsque le goût est expliqué en raison de ses fonctions pour la compétition de statut, les interprétations sont souvent construites sur le modèle de l’émulation sociale. On suppose, premièrement, que les gens désirent se distinguer de ceux qui ont un statut inférieur dans la hiérarchie sociale et, deuxièmement, que les gens imiteront ceux qui occupent des postes plus élevés.

Le sociologue allemand Georg Simmel (1858-1918) a examiné le phénomène de la mode – tel qu’il se manifeste dans les modèles de goût en évolution rapide. Selon Simmel, la mode est un moyen de renforcer l’unité des classes sociales et de les rendre distinctes. Les membres des classes supérieures tendent à signaler leur supériorité et agissent comme les initiateurs de nouvelles tendances. Mais le goût de la classe supérieure est bientôt imité par les classes moyennes. A mesure que les biens, les apparences, les mœurs, etc., conçus comme des marqueurs de prestige deviennent assez populaires, ils perdent leur fonction de différenciation. Les classes supérieures doivent donc proposer encore plus d’innovations stylistiques.

Le goût particulier des classes supérieures a été analysé plus avant par un économiste Thorsten Veblen (1857-1929). Il soutient que se distancier des difficultés du travail productif a toujours été le signe décisif d’un statut social élevé. Par conséquent, le goût de la classe supérieure n’est pas défini par des choses considérées comme nécessaires ou utiles, mais par celles qui sont le contraire. Pour démontrer la non-productivité, les membres de la classe dite des loisirs gaspillent visiblement le temps et les biens. Les couches sociales inférieures font de leur mieux pour imiter le mode de vie non productif des classes supérieures, même si elles n’ont pas vraiment les moyens de rattraper leur retard.

L’une des théories les plus référencées sur les goûts de classe a été inventée par le sociologue français Pierre Bourdieu (1930-2002), qui a affirmé que les goûts des classes sociales sont structurés sur la base d’évaluations concernant les possibilités et les contraintes de l’action sociale. Certains choix ne sont pas également possibles pour tout le monde. Les contraintes ne sont pas simplement parce que les membres des différentes classes ont des quantités variables de ressources économiques à leur disposition. Bourdieu a soutenu qu’il existe aussi d’importantes ressources non économiques et leurs effets sur la répartition, la stratification sociale et l’inégalité. L’une de ces ressources est le capital culturel, acquis principalement par l’éducation et l’origine sociale. Il consiste en une accumulation de connaissances et de compétences pour faire des distinctions culturelles. Posséder un capital culturel est un avantage potentiel pour l’action sociale, en donnant accès aux titres de compétences, aux professions et à l’affiliation sociale.

En évaluant les relations entre les modes de consommation et la répartition du capital économique et culturel, Bourdieu a identifié des goûts de classe distincts dans la société française des années 1960. Le goût de la classe supérieure est caractérisé par des distinctions raffinées et subtiles, et il accorde une valeur intrinsèque à l’expérience esthétique. Ce goût particulier était apprécié comme la base légitime du «bon goût» dans la société française, reconnue également par les autres classes. Par conséquent, les membres de la classe moyenne ont semblé pratiquer la «bonne volonté culturelle» en imitant les manières et les modes de vie de haute classe. Le goût des classes moyennes n’est pas défini autant par l’appréciation authentique de l’esthétique que par le désir de rivaliser dans le statut social. En revanche, le goût populaire des classes ouvrières est défini par un impératif pour «choisir le nécessaire». Peu d’importance est accordée à l’esthétique. Cela peut être dû à la privation matérielle réelle qui exclut tout sauf le nécessaire mais aussi, à cause d’une habitude, les expériences collectives de classe.

Critique des théories basées sur les classes
Les théories du goût qui s’appuient sur les idées de la compétition de statut et de l’émulation sociale ont été critiquées à divers points de vue. Premièrement, il a été suggéré qu’il n’est pas raisonnable de ramener toute l’action sociale à la compétition de statut. C’est ainsi que le marquage et le statut de réclamation sont de fortes motivations, les gens ont aussi d’autres motivations. Deuxièmement, il a été soutenu qu’il n’est pas plausible de supposer que les goûts et les styles de vie descendent toujours des classes supérieures. et que dans certaines situations, la diffusion des goûts peut se déplacer dans la direction opposée.

On a également fait valoir que l’association entre la classe sociale et le goût n’est plus aussi forte qu’elle l’était. Par exemple, les théoriciens de l’école de Francfort ont prétendu que la diffusion des produits culturels de masse a obscurci les différences de classe dans les sociétés capitalistes. C’est que les produits consommés passivement par des membres de différentes classes sociales sont pratiquement tous les mêmes, avec seulement des différences superficielles quant à la marque et au genre. D’autres critiques se sont concentrées sur les effets déclassants de la culture postmoderne; Les goûts des consommateurs sont désormais moins influencés par les structures sociales traditionnelles et ils jouent avec des signifiants flottants pour se redéfinir perpétuellement avec tout ce qu’ils trouvent agréable.

Mauvais goût
Le «mauvais goût» (aussi mauvais goût ou vulgarité) est généralement un titre donné à n’importe quel objet ou idée qui ne tombe pas dans l’idée d’une personne des normes sociales normales du temps ou de la région. Variant de la société à la société et de temps en temps, le mauvais goût est généralement considéré comme une chose négative, mais change aussi avec chaque individu. Un point de vue contemporain est que “beaucoup de vers dramatiques écrits durant les périodes élisabéthaine et jacobéenne sont de mauvais goût parce que c’est un gros mot” ou un langage à haute consonance avec peu de sens.