2ème arrondissement de Marseille, Bouches-du-Rhône, France

Le 2ème arrondissement de Marseille est situé au nord du Vieux-Port. Le 2ème arrondissement couvre la partie la plus ancienne de Marseille, y compris le quartier Cart. Il reste peu de ville du Moyen Âge: une partie a été détruite lors de la construction de la rue de la République au XIXe siècle. Parmi les bâtiments anciens conservés figurent la Maison Diamantée, l’Hôtel-Dieu et la Vieille Charité. Le quai nord du Vieux-Port, sur lequel se trouve l’Hôtel de ville de Marseille, a été reconstruit après la Seconde Guerre mondiale par l’architecte Fernand Pouillon.

Le nord du quartier abrite le nouveau port de Marseille, ouvert au XIX ème siècle, et le quartier d’affaires de Joliette – Arenc, construit à partir des années 1990 dans le cadre d’Euroméditerranée et où se trouvent notamment les quais et la tour CMA-CGM. Le J4, au sud du port de Joliette, accueille depuis 2013 le Musée des civilisations européennes et méditerranéennes et la Villa Méditerranée.

Les quartiers
Les secteurs et quartiers de Marseille sont des divisions administratives intra-communales qui se partagent le territoire de Marseille. La ville est ainsi divisée en huit secteurs et seize arrondissements municipaux.

Ces districts municipaux ne doivent pas être confondus avec les districts départementaux, qui constituent un autre type de subdivision administrative au niveau départemental. En France, les communes de Lyon et de Paris sont également subdivisées en secteurs communaux.

Le 2ème arrondissement de Marseille est divisé en quatre quartiers officiels: Arenc, Les Grands Carmes, Hôtel de Ville et La Joliette. Il forme, avec le 3 e arrondissement, le II e secteur, dont une grande partie s’inscrit dans le cadre du projet de rénovation urbaine Euroméditerranée.

Arenc
Arenc est un quartier du 2ème arrondissement de Marseille qui contient le terminal des ferries.

En occitan, Arenc désigne un lieu où il y a du sable (arène, en occitan). En effet Arenc était, avant la construction du Port Autonome de Marseille, le lieu où les Marseillais se réunissaient pour se rendre à la plage.

Le quartier Arenc est aujourd’hui au cœur du projet Euroméditerranée, déclaré opération d’intérêt national, qui transforme cet ancien quartier industriel en un grand pôle tertiaire.

Les Grands-Carmes
La Grande Carmélite est un quartier du 2ème arrondissement de Marseille, qui porte le nom du Grand couvent des Carmélites. Il contient une partie du quartier non officiel du Panier et la rue de la République.

Hôtel-de-Ville
L’Hôtel de-Ville est un quartier administratif de Marseille (France) au nord du Vieux-Port, dans le 2ème arrondissement. Dans ce quartier se trouve la mairie de Marseille, l’Hôtel-Dieu. C’est dans ce quartier administratif que le quartier du Panier est inclus. Le quartier Saint-Jean, qui en constituait l’essentiel avant la Seconde Guerre mondiale, a été dynamité en 1942 par les autorités allemandes.

Son nom occitan (La Lòtja), qui dans cette langue désigne les établissements administratifs de la commune phocéenne, se trouve dans le nom de «rue de la Loge».

La Joliette
La Joliette est un quartier du 2ème arrondissement de Marseille situé au nord du Vieux-Port et des commerces. Ce quartier est au centre du projet Euroméditerranée, qui vise à créer un centre d’affaires.

Selon une légende très tenace, le nom de La Joliette vient de Jules César (Jules) qui, lors de la rivalité avec Pompée, avait établi son camp dans ce quartier. En réalité, il semble que le quartier doit son nom à une propriété qui s’y trouve sous l’Ancien Régime.

Lieux d’intérêt

Le Panier
Cart désigne un quartier marseillais situé dans le 2ème arrondissement, divisé entre trois arrondissements administratifs: Hôtel-de-Ville, Les Grands Carmélites et La Joliette. La rive nord du Vieux-Port est la partie la plus ancienne du site de peuplement historique de la colonie grecque de Massalia en 600 avant JC. UN D. Les ruelles que l’on y trouve rappellent toujours que c’est la partie la plus ancienne de la ville malgré la destruction d’une grande partie de ces quartiers au XIXe siècle lors de l’ouverture de la rue de la République puis au XXe siècle, lors de l’explosion par les autorités allemandes en février 1943 depuis le quartier Saint-Jean, cœur historique de Marseille. Aujourd’hui, le panier est la seule partie conservée. A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, ces quartiers sont devenus la porte d’entrée des populations immigrées à Marseille, en particulier les Italiens Corses puis maghrébins. Ces dernières années, sous l’effet des réhabilitations et de l’implantation de lieux culturels, le Panier est devenu un quartier touristique, notamment avec le projet Euroméditerranée.

Diamond House
La maison Diamantée (ancien hôtel de Saboulin Bollena) est un immeuble marseillais situé juste derrière la mairie, dans le quartier de la mairie. Il abrite aujourd’hui le siège de l’association organisatrice de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture. Il doit son nom à l’aspect de sa façade qui est recouverte de pierres taillées en pointes: bossage prismatique. La façade et l’escalier sont classés aux monuments historiques depuis le 10 novembre 1925.

Ancienne charité
L’Ancienne Charité, située 2, rue de la Charité, au cœur du quartier du Panier dans le 2ème arrondissement de Marseille, dans la zone officielle des Grands Carmélites, est un bâtiment construit au 17ème siècle, les plans de Pierre Puget pour abriter les nécessiteux et les pauvres de la ville. Il correspond à la mise en œuvre marseillaise du «grand confinement» que Michel Foucault a mis en évidence dans sa célèbre Histoire de la folie à l’âge classique (1962). L’hospice est représentatif de l’architecture du 17ème siècle, notamment en raison de la présence de la chapelle Puget et de son dôme ovoïde. Perdant progressivement sa vocation à la fin du XIX e siècle, il était proche de l’extinction dans les années 50, occupé uniquement par des pauvres vivant dans des conditions misérables. La chapelle et l’hospice ont été classés monument historique par arrêté du 29 janvier

Construit en pierre rose et blanche issue de la carrière de la couronne, le complexe de la Vieille Charité se compose de quatre ailes de bâtiment fermées sur l’extérieur et ouvrant sur une cour rectangulaire par des galeries sur trois niveaux qui rythment la vie à l’intérieur du bâtiment. C’est un grand bâtiment dont les quatre ailes sont disposées dans un rectangle de 112 × 96 m, avec des murs extérieurs sans fenêtres. Le corps de ces bâtiments est composé de trois étages de galeries superposées à arcades en plein cintre ouvrant sur une cour intérieure de 82 × 45 m.

Au centre de ce quadrilatère, dans l’axe de la porte d’entrée, se trouve une chapelle surmontée d’un dôme elliptique dans le meilleur goût baroque. Le porche à colonnes corinthiennes, de style Second Empire, reprend le thème de la Charité accueillant des enfants nécessiteux, entourés de deux pélicans qui les nourrissent. Il a été construit entre 1861 et 1863 par Blanchet, architecte des hospices de Marseille.

Cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille
La cathédrale de la Major ou cathédrale Sainte-Marie-Majeure est la cathédrale catholique de l’archidiocèse de Marseille. La Major a été construite dans un style néo-byzantin entre 1852 et 1893 sur les plans de l’architecte Léon Vaudoyer. Situé dans le quartier de la Joliette dans le 2ème arrondissement, il se dresse sur une esplanade entre le Vieux-Port et le port de Joliette, à l’emplacement de l’ancienne cathédrale du XIIème siècle, d’où le nom occitan à venir de «Major». Son architecture et sa décoration intérieure, en marbre et porphyre, lui confèrent un aspect particulier pour un édifice religieux. Elle a été érigée en basilique mineure par Léon XIII le 24 janvier 1896.

La cathédrale du Major a une longueur de 142 mètres; les tours du portique mesurent 60 mètres de haut; la nef s’élève à 20 mètres; le dôme central s’élève à 70 mètres pour un diamètre de 17,5 mètres. Le choeur est entouré d’un très long déambulatoire bordé de chapelles rayonnantes. Ses dimensions peuvent accueillir 3 000 personnes.

Les façades extérieures et les différentes hauteurs des toitures reflètent très bien, par leurs découpages, les différents volumes intérieurs, encore soulignés par la présence de tourelles qui font office de séparation pour chaque partie du bâtiment. Les façades extérieures et intérieures sont traitées en bandes à polychromie alternée: pierre de Cassis et marbre vert de Florence pour l’extérieur, couleurs chaudes pour l’intérieur. Cette utilisation de pierres et de marbres de différentes couleurs le rend unique, mais pas forcément classique. La façade extérieure est flanquée de deux tours surmontées de coupoles. Surplombant la voûte du porche, qui le précède, court une galerie voûtée reliant les deux tours. Sous les arcades, nous pouvons voir une rangée de sept hautes statues représentant le Christ au centre entouré des apôtres Pierre et Paul, ainsi que Lazare – qui aurait été, selon la légende, le premier évêque de Marseille – et ses compagnons (sa sœur Marthe, Maximin, Marie-Madeleine), saints légendaires de Provence. Sur la place se dresse la statue de Mgr de Belsunce, qui s’est démarquée lors de la dernière grande épidémie de peste que la France a connue, la peste de 1720.

La voûte du porche est recouverte d’une mosaïque bleue et or inspirée du mausolée de Galla Placidia à Ravenne. Les faces internes de ce porche sont occupées par les statues monumentales des saints évêques de Marseille des premiers temps, groupées par trois. Le tympan surmontant la triple arche de l’archivolte présente une rosace en son centre, accompagnée de la stylisation, en mosaïque, des villes de Jérusalem et Bethléem. Sur les tympans des portes sont sculptés en marbre, au centre: Le couronnement de la Vierge par Guillaume; à l’est: le symbole de la résurrection; à l’ouest, L’agneau mystique et La fontaine de vie de Brémond.

Trois énormes baies constituent la nef principale. Il est couvert de voûtes d’arêtes, le transept se croisant et le chœur par cinq coupoles, le premier sur une corne avec un tambour octogonal ouvert à deux travées semi-circulaires, les autres sur des pendentifs. La montée est rythmée par de nombreuses colonnes de marbre. Construits sur pilotis où la pierre et le marbre alternent leurs tons rouge et ocre clair, ils sont éclairés par des groupes de trois hautes fenêtres cintrées aux vitraux à décor non figuratif. Les nefs latérales, percées dans l’épaisseur des piles, portent les galeries soutenues par une triple arcade reposant sur des colonnes monolithiques en porphyre à chapiteaux de marbre sculpté de feuillages. Les balustrades en marbre supportent des candélabres en bronze. Le dallage en mosaïque multicolore de l’école vénitienne est remarquable par l’originalité de ses conceptions. On peut admirer, dans la troisième baie,

Long de 50 mètres, le transept donne accès par des escaliers, au déambulatoire qui entoure le chœur en le séparant des deux grandes chapelles latérales. En son centre, au carrefour, les quatre arcades monumentales soutiennent le dôme central monté sur des cornes, passant ainsi du plan carré à l’octogone. Les murs sur huit côtés sont éclairés par huit fenêtres jumelles en demi-cercle placées en arcades encadrées par des colonnes aux chapiteaux sculptés surmontés d’une rosace, fournissant ainsi de la lumière à une hauteur de 60 mètres. A chaque bras du transept, un dôme de moindre importance accompagne l’entrée de chaque chapelle latérale. Aux quatre angles formés par chaque énorme pile, sont placées les statues monumentales des quatre évangélistes du sculpteur marseillais Louis Botinelly

Sept marches mènent du transept aux sanctuaires. Au centre, le maître-autel en marbre de Carrare, décoré de mosaïques d’Henri Antoine Révoil, est abrité sous un ciboire à coupole en bronze soutenu par quatre colonnes en onyx de Tunis, don du marbrier et sculpteur Jules Cantini. L’autel est placé sous la cour du milieu qui éclaire le presbyterium, meublé de stalles et de l’orgue. De chaque côté, à gauche, vous atteignez la chapelle capitulaire dédiée au Sacré-Cœur, et à droite, la chapelle Saint-Lazare consacrée au culte dominical des fidèles du quartier.

Il contourne le sanctuaire et dessert six chapelles absidales, dont deux ont reçu leur revêtement en mosaïque et leur décoration en marbre polychrome. Il donne accès en son milieu à la chapelle axiale qui forme à elle seule un bâtiment autonome, avec son narthex, sa nef et son abside surmontée de sa coupole sur des cornes ornée de bustes d’anges. Principalement dédiée à la Vierge, cette chapelle abrite actuellement le tombeau de Saint Eugène de Mazenod (1837 – 1861), évêque de Marseille et fondateur des Oblats de Marie Immaculée, missionnaires présents dans cinq parties du monde, canonisés par le Pape Jean-Paul II le 3 décembre 1995.

Terrasses portuaires
Les Terrasses du Port sont un centre commercial du 2ème arrondissement de Marseille, comptant 171 magasins. L’immeuble dispose d’un balcon de 2600 m2 offrant une vue sur le port de Joliette, d’où son nom. Le toit du bâtiment côté mer ressemble à la coque d’un paquebot. Les zones d’embarquement des passagers ont été conservées au rez-de-chaussée. Sur la terrasse, des tables d’orientation informent les visiteurs sur la faune et la flore des environs. Le bâtiment a été conçu par l’architecte Michel Pétuaud-Létang en collaboration avec le cabinet 4A Architectes et les bureaux d’études Ingérop et Barbanel. Le projet, qui a coûté 466 millions d’euros 3, est financé par le groupe anglais Hammerson

Quais
Les Docks de Marseille sont un ensemble de cinq bâtiments, anciennement entrepôts et abritant aujourd’hui des bureaux et des commerces dans le quartier de la Joliette à Marseille. Les quais ont été construits de 1858 à 1864 selon le modèle anglais des quais et se composent de cinq bâtiments de sept étages pour une longueur totale de 365 mètres. Les travaux de réhabilitation ont débuté en 1992. Les Docks de Marseille sont ouverts le 10 octobre 2015 et inaugurés le 4 décembre 2015.

Place de la Joliette
La place de la Joliette, au pied des quais de Marseille, se trouve dans le 2ème arrondissement de Marseille.

Hangar J1
Le Hangar J1 est situé au cœur de Marseille, dans le quartier de la Joliette. Il a été construit en 1923 par la société Eiffel pour répondre à la forte activité portuaire.

Longtemps abandonné, il trouve une seconde vie dans le cadre du programme Euroméditerranée, et plus particulièrement à l’occasion de l’événement Marseille Provence 2013, avec une vocation culturelle et plusieurs expositions. Au-delà de 2013, l’avenir du bâtiment, propriété du Grand Port Maritime de Marseille, est resté longtemps incertain. Il fait l’objet d’un appel à projets qui a rendu son verdict en janvier 2019, le hangar J1 sera rebaptisé «La Passerelle» et accueillera à partir de 2023 diverses activités (loisirs, événements, complexe hôtelier, etc.).

Musée des civilisations européennes et méditerranéennes
Le Musée des civilisations européennes et méditerranéennes est un musée national situé à Marseille, en France. Le musée est consacré aux civilisations européennes et méditerranéennes. Avec une collection permanente retraçant la fertilisation croisée historique et culturelle du bassin méditerranéen, elle adopte une approche interdisciplinaire de la société à travers les âges jusqu’aux temps modernes.

Le musée est construit sur un terrain récupéré à l’entrée du port, à côté du site du fort Saint-Jean du XVIIe siècle et d’un ancien terminal portuaire appelé le J4. Un chenal sépare le nouveau bâtiment et le fort Saint-Jean, qui a été restructuré dans le cadre du projet. Les deux sites sont reliés par une passerelle haute de 130 m (430 pi) de long. Une autre passerelle relie le fort Saint-Jean à l’esplanade de la Tourette, près de l’église St Laurent dans le quartier du Panier.

Le musée, construit “de pierre, d’eau et de vent”, a été conçu par l’architecte Rudy Ricciotti en collaboration avec l’architecte Roland Carta. Cube de 15 000 mètres carrés (160 000 pieds carrés) entouré d’une coque en treillis de béton fibré, il abrite des expositions sur deux niveaux, avec un auditorium souterrain de 400 places. La collection permanente et la librairie sont situées au rez-de-chaussée. Il y a un restaurant sur la terrasse au sommet du bâtiment avec une vue panoramique sur la baie de Marseille, la Corniche et le Prado.

Villa méditerranéenne
La Villa Méditerranée est un bâtiment public du 2ème arrondissement de Marseille, sur l’esplanade de la J4, dans le quartier de Joliette (périmètre Euroméditerranée). Il était destiné à accueillir des conférences, des réunions et des expositions.

Le bâtiment, conçu par l’architecte italien Stefano Boeri, appartient au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le but de “donner à chacun les clés pour comprendre la Méditerranée contemporaine”. Le bâtiment, qui a continué de faire l’objet de critiques, a été inauguré le 7 avril 2013 et fermé en janvier 2018; il devrait rouvrir en 2022, abritant une réplique de la grotte de Cosquer.

Marseille
Marseille est la préfecture du département des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en France. Il est situé sur la côte méditerranéenne près de l’embouchure du Rhône. Marseille est la deuxième plus grande ville de France, couvrant une superficie de 241 km2 (93 miles carrés) et comptait une population de 870.018 en 2016.

Marseille a une histoire complexe. Elle a été fondée par les Phocéens (de la ville grecque de Phocée) en 600 avant JC et est l’une des plus anciennes villes d’Europe. Marseille est la deuxième ville de France en termes de population. Sa population est un véritable creuset de cultures différentes.

Des marchés colorés (comme le marché de Noailles) qui vous donneront l’impression d’être en Afrique, aux Calanques (un espace naturel de grandes falaises tombant dans la mer – Calanque signifie fjord), du quartier du Panier (le plus ancien lieu de la ville) et historiquement le lieu d’installation des nouveaux arrivants) sur le Vieux-Port (vieux port) et la Corniche (une route le long de la mer) Marseille a définitivement beaucoup à offrir.

Marseille est aujourd’hui la plus grande ville de France sur la côte méditerranéenne et le plus grand port de commerce, de fret et de croisière. La ville a été capitale européenne de la culture en 2013 et capitale européenne du sport en 2017; il a accueilli les matchs de la Coupe du Monde 1998 et de l’Euro 2016. Il abrite Aix-Marseille Université.

Tags: