XVIIIe au XXIe siècle, deuxième partie de l’exposition permanente, Musée d’histoire de la Catalogne

L’exposition permanente est une proposition pour explorer l’histoire de la Catalogne, allant de la préhistoire à nos jours, en concentrant son discours sur la connaissance et la compréhension des caractéristiques et de l’évolution des sociétés qui ont occupé le territoire connu aujourd’hui. comme en Catalogne, mettant l’accent sur les aspects politiques, sociaux, économiques et culturels, avec un caractère visuellement didactique et populaire.

Steam et nation
Tout au long du XVIIIe siècle, après la défaite de 1714, la Catalogne a inauguré une période de croissance économique au cours de laquelle les bases de la révolution industrielle ont été jetées. La spécialisation agricole, l’émergence de la production de coton et l’ouverture du commerce avec l’Amérique sont quelques-unes des clés de ce processus.

L’industrialisation a commencé en 1830, basée sur le secteur textile. Les vapeurs et les colonies industrielles forment un nouveau modèle économique qui transforme la géographie et la société catalanes. La croissance des villes est parallèle à l’extension de deux nouvelles classes sociales: la bourgeoisie industrielle et la classe ouvrière.

En Catalogne, la construction de l’État libéral espagnol répond au carlisme, au républicanisme fédéral et aux campagnes protectionnistes. Dans le même temps, la Renaixença a été lancée, un mouvement pour revitaliser la langue et la culture catalanes, qui est d’une importance primordiale dans la formation de la conscience nationale.

Les bases de la révolution industrielle
Après le désastre de 1714 et après la longue période d’après-guerre, la société catalane connaît une période de croissance démographique et économique. Dans les comtés côtiers, spécialisés dans la culture de la vigne et le développement des industries traditionnelles, ils visent le marché d’exportation. Reus, Vilanova ou Mataró sont des centres actifs de fabrication et de commerce.

Tout au long du XVIIIe siècle, l’ouverture du commerce avec l’Amérique a joué un rôle clé dans le décollage économique du pays. Une grande partie du capital obtenu grâce aux échanges commerciaux avec les colonies américaines est investie plus tard dans les industries locales. La Catalogne jette les bases de l’industrialisation qui disposera de l’un de ses principaux moteurs dans le secteur textile.

Art, science et pensée
L’orientation culturelle et scientifique de la seconde moitié du XVIIIe siècle, liée aux Lumières, est développée par des académies et des institutions privées telles que la Chambre de commerce, l’Académie des bonnes lettres de Barcelone, l’Académie des sciences naturelles et des arts. ou l’Académie de médecine.

Toutes ces institutions promeuvent l’étude technique et l’innovation en réponse aux besoins de l’industrie et mettent tout en œuvre pour faire connaître l’actualité scientifique de l’époque. Dans le domaine artistique, la sensibilité du baroque laisse la place à l’esthétique néoclassique et l’esprit des Lumières est présent dans une grande partie des manifestations culturelles.

Révolutions, réformes
Le XIXe siècle est pour la Catalogne un siècle de grande instabilité politique. De 1793 à 1833, le pays connaît la crise définitive de l’ancien régime et l’introduction du libéralisme préfigure un nouveau modèle de société qui trouve cependant une forte résistance au carlisme. Ce mouvement conservateur et traditionaliste, a une forte présence dans certaines régions, et provoque un long conflit armé.

Les luttes entre libéraux et absolutistes sous le règne de Ferdinand VII et modérées et progressistes sous le règne d’Elizabeth II montrent les difficultés de consolider un État libéral moderne en Espagne dans son ensemble. Dans la seconde moitié du siècle, les idées démocratiques et l’émergence du mouvement ouvrier jouent un rôle clé dans la mobilisation politique et la transformation du pays.

L’industrialisation de la vapeur
Après la percée économique du XVIIIe siècle, la Catalogne a connu au XIXe siècle les transformations économiques et sociales résultant de l’industrialisation. Après la première guerre carliste (1833 – 1840), la croissance industrielle, déjà commencée au cours de la décennie précédente, est devenue spectaculaire avec l’introduction généralisée de la machine à vapeur.

L’industrialisation, basée principalement sur le secteur textile, façonne une géographie particulière qui transforme le territoire. Dans les villes traditionnelles de fabrication comme Barcelone, Terrassa ou Sabadell, des soi-disant «vapeurs» sont installées, qui attirent des milliers de travailleurs des zones rurales. Dans le même temps, des colonies industrielles sont installées dans des bassins fluviaux, qui exploitent l’énergie hydraulique.

Société industrielle
Avec l’industrialisation, la Catalogne est consciente des progrès et des conflits nés d’une société capitaliste. La bourgeoisie catalane consciente et politiquement organisée pour défendre ses intérêts devant les tribunaux espagnols. Les campagnes en faveur du protectionnisme dans l’industrie vont dans le sens d’une grande partie de l’État, où une structure économique traditionnelle prévaut encore.

La classe ouvrière, quant à elle, s’organise également face aux conditions de vie pitoyables auxquelles sont soumis de nombreux travailleurs. Les groupes ouvriers se développent et, à partir de la seconde moitié du siècle, l’émergence de partis politiques et de syndicats liés au mouvement syndical international, jouent un rôle clé dans la mobilisation sociale et les conflits politiques dans le pays.

La Renaissance, la civilité et le nationalisme
L’influence du romantisme et des courants culturels européens de l’époque, génère la Renaixença, un mouvement pour revitaliser la langue et la culture catalane, qui affecte tous les domaines de la création et toutes les classes sociales. Les auteurs de la Renaixença, relient la société catalane à leur tradition historique et sont d’une importance primordiale dans la formation d’une conscience nationale.

Tout au long du XIXe siècle, les différents conflits avec l’État et le dynamisme de la société catalane, avec toute leur complexité, leur richesse et leurs contradictions, ont jeté les bases du futur catalanisme politique. En 1880, le premier Congrès catalaniste est célébré et deux ans plus tard, le Centre catalan est constitué, qui a parmi ses premières actions la présentation d’un mémorial des doléances au roi Alphonse XII.

Transformations urbaines
Les changements sociaux et la croissance démographique obligent l’espace urbain à s’adapter aux nouvelles demandes. La démolition des murs qui encerclent les villes et la construction de nouvelles extensions et de quartiers planifiés avec rationalité dans le développement urbain sont une première étape. Dans le cas de Barcelone, les murs ont été démolis en 1854 et le Pla Cerdà a été mis en œuvre, qui a construit l’Eixample.

Les villes sont dotées de divers équipements. L’assainissement et l’approvisionnement en eau des habitations deviennent une étape importante dans l’amélioration des conditions de vie. La gazéification contribue à l’éclairage public et le transport est modernisé par des tramways à traction animale.

Modernisme
Le modernisme est le courant artistique et culturel dominant dans le monde occidental au tournant du siècle. En Catalogne, il se nourrit d’un moment historique qui lui donne un caractère très particulier. Les villes se développent, accueillent de nouvelles architectures, et la nécessité de moderniser la société et la culture, est une priorité pour les intellectuels modernistes du pays, dans le contexte de crises politiques successives.

Des personnalités aussi importantes qu’Antoni Gaudí, Joan Maragall, Ramón Cases ou Santiago Rusiñol, expriment leur esprit transformateur à partir de différentes sensibilités et placent la culture catalane au premier plan. L’architecture, la musique, le théâtre, la littérature, mais aussi l’essai politique, sont imprégnés de l’esprit du modernisme et ont un grand impact sur la société de l’époque.

Les années électriques
Au début du XXe siècle, la Catalogne est un pays qui regorge de sphères politiques, économiques, sociales et culturelles. La crise du régime, favorise l’essor du républicanisme et du catalanisme politique, qui lors des élections de 1907 remporta une grande victoire. Dans ce contexte, le Commonwealth de Catalogne (1914), premier organe autonome depuis 1714, est constitué.

L’industrie catalane traverse une phase de diversification et le mouvement ouvrier anarcho-syndicaliste se consolide et obtient la mise en place de la journée de huit heures après une grève générale (1919). Le conflit social et la revitalisation de sa propre culture, avec le noucentisme et l’avant-garde, sont deux éléments qui marquent cette période, avec la dictature militaire de Primo de Rivera (1923-1930).

Avec la proclamation de la deuxième République espagnole (1931), un statut d’autonomie politique pour la Catalogne est approuvé. Le coup d’État militaire de 1936, cependant, commence trois ans de guerre civile sanglante qui se termine avec l’établissement de la dictature du général Franco. L’autonomie gouvernementale est abolie et les mouvements de gauche et catalans subissent une répression sévère.

Diversification industrielle et monde rural
Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, il y a eu un nouvel élan dans les systèmes de production, connu comme la deuxième révolution industrielle. Ils se caractérisent par l’utilisation de nouvelles sources d’énergie, comme l’électricité et le pétrole, la diversification industrielle, avec l’émergence et le développement de nouveaux secteurs, et la généralisation de nouveaux systèmes de communication et de transport.

Les villes croissent lentement et la demande urbaine croissante, associée à l’internationalisation du marché agricole, est l’un des facteurs déterminants de la transformation du monde rural. Dans de nombreux comtés catalans, cependant, les changements sont de portée limitée et les nouveautés coexistent avec une structure de production traditionnelle.

Catalanisme politique
La crise profonde du régime de la Restauration, provoquée par la perte des dernières colonies d’outre-mer en 1898, donne un nouvel élan au catalanisme politique. En 1901, à l’occasion des élections à Corts, fut créée la Ligue régionaliste, un parti conservateur, proche de la bourgeoisie catalane, née dans le but d’établir une nouvelle gouvernabilité en Catalogne et en Espagne.

En 1906, en réponse à une série d’agressions gouvernementales, Solidaritat Catalana est créée, une coalition qui rassemble différentes forces catalanes, dont la Ligue. La coalition réussit aux élections, bien qu’elle soit bientôt dissoute en raison de différences idéologiques. Depuis les élections de 1909, le catalanisme est divisé en deux grandes branches: la droite régionaliste et pactiste et la gauche nationaliste et républicaine.

La République
Le 6 avril 1914, la Mancomunitat de Catalunya est constituée, la première institution d’autonomie du pays depuis 1714, grâce à l’élan et à la force des secteurs nationalistes catalans. La Mancomunitat alimente les quatre conseils provinciaux catalans et, bien qu’il s’agisse d’une institution de nature strictement administrative, elle a une grande importance politique.

Présidée par Enric Prat de la Riba (1914-1917) et Josep Puig i Cadafalch (1917-1923), tous deux membres de la Ligue régionaliste, l’institution devient un instrument de base au service de la modernisation du pays. La Mancomunitat construit des infrastructures de mobilité, de santé et d’éducation et contribue à la revitalisation de la langue et de la culture catalanes.

Travail et conflits sociaux
Le mouvement ouvrier, inspiré par la pensée marxiste et anarchiste, prend une signification politique au tournant du siècle, malgré l’échec de la grève générale de 1902 et la répression qui suit la semaine tragique. En 1910, la Confédération nationale anarcho-syndicaliste du travail (CNT) est formée, qui devient l’union hégémonique du travail ouvrier catalan jusqu’à la guerre civile.

Après la grève canadienne (1919), qui a rétabli la journée de travail de huit heures, l’escalade des attaques entre anarchistes et hommes armés de l’employeur fait des rues des villes catalanes un véritable champ de bataille. La dictature militaire de Primo de Rivera, survenue en 1923, déclenche une sévère répression contre les organisations de travailleurs.

La Generalitat républicaine
Le 14 avril 1931, Francesc Macià proclame la République après l’effondrement des partis monarchistes aux élections municipales, et convient avec le reste des forces démocratiques espagnoles d’approuver un statut d’autonomie politique pour la Catalogne. Ainsi, dans le cadre de la Seconde République espagnole, l’ancienne Generalitat est restaurée, mais avec des pouvoirs entièrement renouvelés.

La République ouvre une période de démocratie et de liberté marquée par la polarisation sociale et un contexte international présidé par la montée du fascisme et la crise économique. Les conflits mènent finalement au soulèvement militaire (1936) et à la guerre civile. La Generalitat s’implique jusqu’à la fin, dans sa défense du droit républicain et dans la lutte contre le fascisme.

La guerre civile
Le coup d’État militaire du 17 juillet 1936 laisse place à trois années de guerre civile sanglante. La Catalogne reste fidèle à la République et subit en même temps un processus révolutionnaire mené par des milices anarchistes. La Generalitat organise la résistance et l’effort de guerre, et subit les affrontements internes des différentes forces politiques et syndicales mobilisées.

La population civile est frappée par les difficultés du conflit: hausse des prix, famine et bombardements. La défaite à la bataille de l’Èbre marque le sort du côté républicain et entraîne la chute de la Catalogne. La fin de la guerre et le début de la dictature militaire du général Franco ont conduit à la suppression de l’autonomie catalane, à l’exil et à une forte répression des mouvements catalans et de gauche.

Annuler et reprendre
Après la guerre civile, le régime de Franco (1939-1975) a provoqué l’exil de milliers de citoyens et a commencé une répression sévère des mouvements catalans et de gauche. La preuve en est l’assassinat du président Lluís Companys en 1940. La politique d’autarcie et les conséquences de la guerre conduisent le pays à l’effondrement économique et à la misère.

Au début, la dictature est assimilée aux régimes fascistes d’Italie ou d’Allemagne, mais dans le contexte de la guerre froide, une approche discrète de la communauté internationale et un processus d’ouverture économique commencent. L’entrée de capitaux étrangers, la diversification de l’industrie et du tourisme ont conduit au démarrage de l’économie catalane et à l’arrivée de milliers de travailleurs d’autres régions d’Espagne.

L’opposition au régime, commencée en 1939, est réorganisée et gagne une présence populaire importante au début des années 1970. Après la mort du dictateur, une nouvelle constitution démocratique (1978) et un nouveau statut d’autonomie (1979) marquent. le début de la reprise de la démocratie et de la liberté.

La longue période d’après-guerre
La défaite républicaine a des conséquences dévastatrices pour la Catalogne. Une grande partie de la classe politique, l’intelligentsia, les dirigeants ouvriers et syndicaux, ainsi qu’un grand nombre de citoyens, sont contraints à l’exil. À l’intérieur, l’armée franquiste a recours à une répression très sévère, notamment l’exécution du président de la Generalitat de Catalunya, Lluís Companys, en 1940.

Les symboles de la catalanité sont persécutés, tout en imposant un nouveau régime politique, inspiré du fascisme mais avec des racines catholiques profondes. Francisco Franco concentre tous les pouvoirs d’un État totalitaire, basés sur l’existence d’une idéologie officielle et d’un parti unique. La misère économique étouffe le pays, jusque dans les années 60.

La croissance économique des années 60
À partir des années 1960, l’économie et la société catalanes ont subi une profonde transformation. Avec la promulgation du plan de stabilisation en juillet 1959, le régime abandonne le modèle autarcique en vigueur depuis 1939. La libéralisation des échanges et le rétablissement du marché libre des changes interviennent à un moment où l’économie européenne se développe.

L’industrie catalane devient fournisseur de biens de consommation sur le marché espagnol et connaît une croissance énorme. Cela provoque l’arrivée massive de travailleurs d’autres régions d’Espagne. L’expansion se fait sans urbanisme ni contrôle démocratique du modèle économique. Ces lacunes traînent et deviennent visibles dans les décennies à venir.

La vague d’immigration
Le développement économique et la crise agraire génèrent des courants migratoires dans toute l’Espagne. Les migrants de différentes destinations quittent les zones les plus déprimées. Des milliers d’Andalousiens, de Castillans, d’Estrémadure, de Murciens et de Galiciens viennent en Catalogne avec le besoin de trouver du travail et la difficulté de s’adapter à un nouvel environnement.

L’arrivée de ces migrants a un impact important sur la société catalane, notamment dans les zones métropolitaines. Certaines populations, doublant leur nombre en quelques années. Bientôt, les «autres catalans», comme le décrit l’écrivain Francesc Candel, s’identifient au pays et apportent une contribution décisive à la construction d’un avenir commun.

Anti-franquisme
A partir des années 1960, les mouvements d’opposition au régime sont sortis de l’isolement qu’ils ont subi et qui rassemblent des secteurs de plus en plus larges de la société. L’incorporation de nouvelles générations qui n’ont pas connu la guerre et les changements que connaissent le monde et la société catalane, génèrent un mouvement pluriel qui exige le retour de la liberté, de la démocratie et de l’autonomie.

Malgré l’ouverture du régime et son approche timide de la communauté internationale, le manque de libertés civiles est plus qu’apparent dans l’Espagne de Franco. La création de l’Assemblée de Catalogne (1971), au cours de laquelle des groupes anti-franquistes très divers se réunissent, des communistes aux nationalistes conservateurs, est d’une importance capitale pour l’avenir politique du pays.

La récupération de l’autonomie
Les premières élections démocratiques après la mort du dictateur, en juin 1977, donnent la majorité en Catalogne aux forces qui prônent le rétablissement de la Generalitat et l’autonomie. Le 11 septembre de la même année, un million de Catalans manifestent dans la même veine. Ces deux facteurs forcent le rétablissement de la Generalitat provisoire et le retour de l’exil de son président, Josep Tarradellas.

Le statut d’autonomie de la Catalogne en vigueur depuis 1979 est le résultat de négociations ardues entre les forces politiques de Catalogne et le gouvernement espagnol. En 1979, les Corts ont approuvé le texte, qui est approuvé par le peuple catalan. La Constitution espagnole de 1978, également approuvée par référendum, et le déploiement de l’état des autonomies, inaugurent une nouvelle période de démocratie et de stabilité institutionnelle.

Portrait de la Catalogne contemporaine
La Catalogne a vécu, depuis 1980, la plus longue période d’autonomie gouvernementale de son histoire contemporaine. La démocratisation de la vie publique, l’intégration européenne, l’extension des services associés à l’État providence et l’augmentation de la population, avec l’arrivée d’immigrants du monde entier, sont quelques-unes des caractéristiques de cette étape.

Avec la projection de l’audiovisuel «Catalunya.cat», la zone actuelle résume la trajectoire historique du pays de la mort de Franco à nos jours. Dans le même temps, le Musée invite le visiteur à participer à un questionnaire interactif sur certains aspects clés qui ont marqué l’évolution de la société catalane au cours des dernières décennies.

Plus ancien, plus diversifié
Entre 1980 et 2006, la population de la Catalogne est passée de six à sept millions. La stagnation démographique des années 80 a entraîné une croissance importante au cours des décennies suivantes, résultat d’une nouvelle vague migratoire et d’une augmentation de l’espérance de vie. Le vieillissement est l’un des grands défis de l’avenir.

La Catalogne devient une région d’une grande diversité culturelle, avec des citoyens du monde entier. Les valeurs et les modes de vie ont considérablement changé au cours des dernières décennies, laissant place à une société plus ouverte et tolérante, intégrant de nouveaux modèles familiaux et respectant la diversité et la vitalité de la société civile, l’une de leurs grandes richesses.

Catalan, tout le monde?
Après la persécution subie sous le régime de Franco, avec la restauration de l’autonomie gouvernementale, un processus de revitalisation de la langue maternelle commence. Grâce à la complicité de la société civile, des initiatives gouvernementales sont promues en faveur de la langue catalane et également de l’aranais, comme la loi sur la normalisation linguistique (1983) ou la loi sur la politique linguistique (1998).

L’arrivée de plusieurs vagues migratoires au cours des dernières décennies pose de nouveaux défis pour la langue. Selon des études statistiques, les nouveaux arrivants apprennent le catalan à un pourcentage assez élevé, et de plus en plus le considèrent comme une langue maternelle. En ce sens, le modèle linguistique de l’immersion dans les écoles publiques est un succès et contribue, de manière décisive, à la cohésion sociale.

Compétitivité
L’économie catalane a connu un profond changement dans sa structure depuis les années 1970. Deux crises majeures, entre 1975 et 1984 et 1992-1995, entraînent la perte de milliers d’emplois. Le modèle économique se transforme avec l’essor du secteur des services au détriment de l’agriculture et de l’industrie. Le tourisme devient un secteur fondamental.

L’entrée de l’Espagne dans le processus d’intégration européenne en 1986 représente une étape importante vers l’internationalisation de l’économie catalane et un défi pour sa compétitivité. Depuis les années 1990, la Catalogne a concentré un quart de tous les investissements étrangers en Espagne, ce qui en fait l’une des régions les plus actives et dynamiques du sud de l’Europe.

La nouvelle pauvreté
Malgré les avancées sociales et la modernisation générale de la société, des groupes de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté persistent. Les jeunes en difficulté sociale, les chômeurs de longue durée et surtout les personnes âgées, du fait de leur espérance de vie plus élevée et de la migration des retraites, sont les principaux groupes à risque.

Il convient également de noter les immigrants nouvellement arrivés, qui viennent d’arriver dans le pays. L’augmentation du coût de la vie, l’emploi précaire, les difficultés d’accès au logement et les contraintes des politiques sociales deviennent, avant l’éclatement de la bulle immobilière, la crise économique l’état providence.

Avec plus d’autonomie
L’autonomie politique, réglementée par le Statut d’Autonomie de la Catalogne, permet l’approfondissement de la vie démocratique du pays, la participation publique des citoyens et la construction d’une autonomie qui aspire à disposer de toutes les institutions propres d’une démocratie, société autonome et socialement avancée.

Tout au long de cette période, l’institutionnalisation de la Generalitat est favorisée et son déploiement, ainsi que celui des autres administrations publiques du territoire, dans le but d’améliorer les conditions de vie des citoyens dans tous les domaines: Etat providence, rééquilibrage territorial et social, projection culturelle, économique et politique de la Catalogne dans le monde.

Plus d’équipements publics
L’amélioration des infrastructures et du réseau des équipements publics est une constante depuis le rétablissement de l’autonomie gouvernementale. Toutes les administrations compétentes sur le territoire, notamment la Generalitat et les mairies, y contribuent.

Depuis le milieu des années 80, la Catalogne gère directement les politiques de la santé, de l’éducation, des universités, de la culture, des médias, de la justice et de la sécurité des citoyens.

La trajectoire institutionnelle
En 1980, le premier gouvernement autonome est formé d’élections démocratiques, présidées par Jordi Pujol, des fédérations de convergence et de l’Union. Tout au long de cinq législatures, Pujol préside la Generalitat, dans une période caractérisée par le déploiement de l’autonomie et l’institutionnalisation des organes autonomes.

Lors des élections autonomes de 2004, Pasqual Maragall, du Parti socialiste de Catalogne, a été élu président à la tête d’un gouvernement tripartite de gauche et catalan qui a fait du changement politique en Catalogne une réalité. Deux ans plus tard, le socialiste José Montilla lui succède également.

Vie parlementaire et résultats
La vie parlementaire catalane depuis la restauration de l’autonomie gouvernementale s’articule autour d’un système de pent-partis assez stable autour des partis politiques Convergence et Union (CIU), Parti socialiste de Catalogne (PSC), Parti populaire (PP), Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et Initiative pour la Catalogne Verte-Unie et Gauche Alternative (ICV-USA).

La présence d’un module interactif dans ce domaine vous permet de consulter toutes sortes de données liées au fonctionnement du Parlement de Catalogne de 1980 à nos jours.

Musée d’histoire de la Catalogne
Le Musée de l’histoire de la Catalogne (MHC) est un musée situé dans le Palau de Mar à Barcelone, créé avec la mission de raconter à ses visiteurs l’histoire de la Catalogne, au moyen d’une collection d’objets et de documents qui sont Ils se rapportent, en des récréations et des décors historiques, ainsi que des équipements audiovisuels et informatiques, qui abordent de manière ludique l’histoire de cette nation, dans le but de stimuler et d’informer l’intérêt pour l’évolution de la culture catalane. Il a été créé en 1996 par le gouvernement de la Generalitat. Il est également responsable de la gestion des monuments appartenant au gouvernement de la Catalogne, dans le but d’améliorer leurs conditions d’entretien, de visite et de diffusion culturelle. Le musée dépend du ministère de la Culture de la Generalitat de Catalunya, qui le gère par le biais de son Agence catalane du patrimoine culturel.

Le Musée d’histoire de la Catalogne est un espace ouvert à tous pour que les gens puissent se rencontrer, débattre et réfléchir. C’est également un outil permettant de fournir des informations, de l’éducation et du divertissement, tout en sensibilisant. L’exposition permanente propose une histoire interactive de l’histoire de la Catalogne des temps anciens à nos jours, complétée par des activités éducatives et de loisirs, des ateliers et des expositions temporaires.

Le Musée d’histoire de Catalogne est devenu un chef de file dans la préservation, la recherche et la vulgarisation de l’histoire et du patrimoine culturel du pays. Le décret fondateur de 1996 établit que la mission de l’institution est précisément de “préserver, expliquer et vulgariser l’histoire de la Catalogne en tant que patrimoine collectif et renforcer l’identification des citoyens à l’histoire de la nation”.