Musée national de l’azulejo, Lisbonne, Portugal

Le Musée national des Azulejo, parfois appelé Musée national des carreaux, est un musée d’art de Lisbonne, au Portugal, consacré à l’azulejo, carrelage traditionnel du Portugal et de l’ancien Empire portugais, ainsi qu’à d’autres cultures ibériques. Installée dans l’ancien couvent de Madre de Deus, la collection du musée est l’une des plus importantes du monde en céramique.

La mission du National Tile Museum est de collecter, de conserver, d’étudier et de diffuser des échantillons représentatifs de l’évolution de la céramique et des carreaux au Portugal, en promouvant les meilleures pratiques en matière d’inventaire, de documentation, de recherche, de classification, de divulgation, de conservation et de restauration de la céramique et . en particulier, la tuile. La mission de MNAz intègre également la sauvegarde patrimoniale de l’église et des autres espaces de l’ancien monastère Mère de Dieu.

MNAz cherche à se constituer comme une référence nationale et internationale, soit par la spécificité de ses collections et de ses espaces muséalisés, soit par l’excellence des savoirs qu’elle est chargée de produire et de soutenir.

Le centre de ses activités est la céramique de revêtement. Il devrait donc être une institution de référence et d’appui en matière de formation universitaire et professionnelle, de recherche scientifique et technologique dans le domaine de la céramique de revêtement, et soutenir des entités publiques et privées. qui protègent le patrimoine construit avec des carreaux de céramique, dans tout le pays.

À travers ses activités, le musée fait connaître l’histoire d’Azulejo au Portugal en essayant d’attirer l’attention de la société sur la nécessité et l’importance de la protection de ce qui est l’expression artistique différenciante de la culture portugaise dans le monde: Azulejo.

Histoire
Le National Tile Museum a été créé en 1965 et est devenu un musée national en 1980. Il est situé dans l’ancien couvent de Madre Deus, fondé par la reine D. Leonor en 1509. Le musée a traversé différentes campagnes de construction qui ont entraîné des transformations telles que Cloître maniériste du XVIe siècle; l’église qui est décorée avec des ensembles remarquables de peintures et de carreaux; la sacristie avec une vitrine en bois brésilien et des cadres en bois sculpté avec des peintures; le haut choeur avec de riches ornements en bois sculpté et doré; la chapelle Saint-Antoine à la décoration baroque du XVIIIe siècle et aux nombreuses toiles du peintre André Gonçalves.

Le National Tile Museum est l’un des musées nationaux les plus importants, pour sa collection unique, Azulejo, expression artistique qui différencie la culture portugaise, et pour son édifice unique, l’ancien monastère Madre de Deus, fondé en 1509 par la reine D. Leonor ( 1458-1525).

Annexe de la Casa Pia au Musée national des arts anciens
À la suite des interventions de José Maria Nepomuceno et de Liberato Telles, les bâtiments du couvent et de l’église de Madre de Deus ont fait l’objet de nombreuses réparations et modifications des espaces en tant que partie intégrante de l’asile D. Maria Pia. Pour le lieu ont été conduits et stockés des panneaux de carreaux, provenant d’autres endroits, qui étaient initialement destinés à la décoration de l’intérieur du bâtiment, mais ont finalement été conservés dans des caisses.

Ensuite, l’hypothèse est apparue de placer sous la tutelle du Musée national d’art ancien plusieurs monuments, afin que leur sauvegarde patrimoniale puisse être faite, étant établie, dans une lettre de son directeur João Couto datée du 15 décembre 1954, que la Madre de Deus L’église et les dépendances de Xabregas doivent être considérées comme des annexes du Musée national d’art ancien.

Le 500ème anniversaire de la naissance de la reine Leonor
Afin de tenir une exposition commémorative du 500e anniversaire de la naissance de la reine D. Leonor, la Fondation Calouste Gulbenkian a financé le coût de travaux de restauration majeurs, notamment dans le cloître et les peintures de l’église Madre de Deus.

En 1957, les travaux préparatoires ont commencé et il a été jugé nécessaire de classer l’ensemble dans la catégorie monument national. Par arrêté ministériel d’homologation du 12 novembre 1957, il a été décidé de l’intégrer au Musée national des arts anciens au moyen de directives de politique spécifiques pour la sauvegarde. les atouts.

À la fin de l’exposition, le 7 janvier 1958, les bâtiments furent cédés à ce musée et la question de l’utilisation de l’espace pour l’installation d’un musée de la tuile fut immédiatement posée.

Un musée de la tuile
A procédé au transfert des carreaux à la Mère de Dieu, après avoir été occupé à rassembler et à organiser l’ingénieur João Miguel dos Santos Simoes, voyelle de l’Académie nationale des beaux-arts, responsable de la brigade des études sur les tuiles, Fondation Calouste Gulbenkian et assistant conservateur de la National Musée d’Art Ancien.

En 1965, le Directeur général de l’enseignement supérieur et des beaux-arts, concluant qu’il étudierait la possibilité d’ouvrir le musée au public, a estimé nécessaire de créer certaines conditions pour sa réalisation.

Dans une information datée du 12 décembre 1967, Santos Simões fait référence à l’exposition sur le musée Azulejo, qui a eu lieu le 30 septembre, déclarant que même s’il pouvait être ouvert au public, il devrait être abrégé. le travail de réparations mineures et de finition.

Le 3 février 1971, Santos Simões, dans une lettre adressée au directeur du Musée national d’art ancien, demanda la nécessité d’une réunion urgente entre toutes les institutions impliquées dans le couvent de Madre de Deus / Museu do Azulejo afin au problème de son inauguration impérieuse soit revu. Afin de poursuivre les tâches initiées par Santos Simões, Rafael Salinas Calado a été invité en 1973 par Maria José Mendonça à prendre en charge la section de la céramique du musée national d’Art ancien, installée depuis 1959 dans l’ancien couvent de Madre de Deus.

En vertu du décret-loi n ° 404/80 du 26 septembre, le Musée du carreau est émancipé, ce qui le rend national et autonome par rapport au Musée national des arts anciens, qui constitue une annexe depuis le 18 décembre 1965.

Le bâtiment
La Fondation
Fondé à l’initiative de la reine D. Leonor (1458-1525), épouse de D. João II et soeur de D. Manuel, l’espace conventuel de la Mère de Dieu commença à se composer de quelques maisons et d’un potager achetés par la veuve de Álvaro da Cunha, qui formait un modeste noyau dans le but de loger un petit groupe de religieuses franciscaines déchaussées de la première règle de Santa Clara, nouvellement arrivé du couvent de Jésus à Setúbal. L’église, espace fondamental pour la communauté, n’a été achevée que plus tard.

Le lieu où a grandi l’ensemble monastique de la Madre de Deus est l’un des endroits les plus agréables de Lisbonne, bordé par le fleuve et peuplé de jardins et de vergers qui alimentaient la ville. On sait peu de choses sur le noyau primitif du monastère aujourd’hui, même s’il est permis de dire que son usine répète celle du monastère de la Rose et qu’il ne s’agit que d’un disque iconographique relatant l’arrivée des reliques de Santa Auta au couvent, une fait qui s’est réellement produit en 1517, nous montre un bâtiment avec une imprécision dans la représentation architecturale visible au niveau des proportions, et une certaine exagération décorative.

L’ensemble architectural laissé par D. Leonor au moment de son décès était vraiment petit et les plaintes des religieuses ont conduit à une campagne de rénovation majeure de D. João III.

La campagne de Jean III
Selon la documentation de l’époque, D. João III ordonna à l’architecte Diogo de Torralva de dessiner une nouvelle église pour la Mère de Dieu, de plus grandes dimensions et dotée d’un nouveau choeur. Les chroniques conventuelles rapportent également que l’ancienne église de D. Leonor a été adaptée à la salle du chapitre. Le cloître avec ses balcons en pierre et ses chapelles consacrées date également de cette campagne.

Ainsi naquit un édifice à la racine classique avec un chœur à charpente carrée, recouvert d’un dôme, dont le tambour serait déchiré par des fenêtres que les religieuses demanderaient au roi de fermer, car elles se sentaient fort dépourvues. L’articulation même du choeur avec le corps d’église à une nef fait référence aux modèles serliens. De même, le cloître reflète les modèles classiques non seulement à la nouvelle échelle mais aussi dans le langage architectural.

D. João III ressentit tellement la dévotion envers le couvent qu’il construisit un pont du palais attenant à l’église pour pouvoir assister à la messe de la galerie royale. Selon les mots du frère Jerónimo de Belém pour mieux exprimer son amour, “il a été envoyé pour se représenter lui-même, et à la reine, sa femme et deux images, ses portraits seront retrouvés dans la chorale”.

“Une église toute cousue en or”
À la fin du dix-septième siècle, le roi Pedro II est revenu dans les Clarisses du monastère de Madre de Deus et lui a ordonné de réparer à nouveau. À cette fin, il a appelé João Rebello de Campos, procureur général de Mgr D. Jerónimo Soares et détenteur d’un grand génie pour la conception de plans de bâtiments, selon Diogo Barbosa de Machado.

Cette campagne a été particulièrement ressentie au niveau décoratif, car elle date de cette époque (cª 1670-1690) avec l’exécution des peintures des plafonds d’église, du haut choeur et du corps d’église de l’atelier de Marcos da Cruz et de Bento Coelho da Silveira. Les panneaux de tuiles hollandais ont été posés en 1686 aux frais de Luís Correia da Paz, député du tribunal de commerce brésilien, qui, en retour, a été autorisé par les religieuses à s’enterrer dans une tombe et dans un tombeau. église du couvent. En plus des peintures et des carreaux, l’église a reçu des autels dorés, ainsi que des dorures dans les encadrements des peintures décorant l’église et le haut choeur.

En 1707, le frère Augustin de Santa Maria a témoigné devant les œuvres baroques du XVIIe siècle: l’église a un ciel ouvert; non seulement pour la consolation spirituelle reçue par toutes leurs âmes, mais aussi pour les ornements, aceyo et sa richesse, qui sont tous cuits à l’or; et orné de peintures riches et excellentes.

Le règne du roi Jean V a apporté de nouvelles campagnes décoratives au monastère. Sous la direction du père José Pacheco da Cunha, une nouvelle sacristie fut construite (1746-1750), où furent peints le peintre André Gonçalves, le maître sculpteur Félix Adauto da Cunha, le charpentier António da Silva, le maître serrurier Manuel da Rocha et les fermiers Luís. João et Amaro Gonçalves. Parallèlement, la sculpture du haut choeur et de l’église (voûte de la croisière) a également commencé à se renouveler au cours de ces années. À ce sacre est également due la campagne décorative de la Maison de l’Anté-choeur avec des peintures représentant la vie de Saint-Antoine attribuées à l’atelier d’André Gonçalves.

Le tremblement de terre de 1755 provoqua des ruines dans le bâtiment, en particulier dans l’église, avec l’effondrement de murs à moitié étouffés, la destruction de l’autel principal, la chute de peintures provenant du plafond de l’église et le haut choeur.

King D. José a financé les travaux d’arrangement qui consistaient en la réalisation d’une nouvelle galerie, la restauration et la production de nouveaux tableaux. Le peintre André Gonçalves et le sculpteur Félix Adauto ainsi que les doreurs Vicente Ribeiro, José Joaquim et le menuisier Mestre Bernardino ont à nouveau participé à cette campagne. Les premiers artistes ont documenté la peinture de trois nouveaux panneaux d’huile pour l’église et l’exécution de la chaire dorée, respectivement.

Tout cet ensemble a produit dans la grande émotion fidèle du fait de la décoration totale des espaces, caractéristiques du baroque, et de la richesse des matériaux (bleu des carreaux, doré de la gravure, polychrome des peintures à l’huile) contribuant à illustrer le concept d’art total.

L’asile Maria Pia
Le XIXe siècle a entraîné de profonds changements institutionnels et fonctionnels dans l’édifice. L’extinction des ordres religieux en 1834 a mis fin aux activités culturelles de cette institution.

À partir de 1896, d’importants travaux de restauration sont entrepris pour convertir les espaces disponibles et les adapter à un nouvel usage civil – l’installation de l’asile D. Maria Pia, selon une attitude historiciste compréhensible dans une culture tardive en vigueur. . au plus haut.

Pour le lieu étaient dirigés et stockés des panneaux de carreaux, qui étaient initialement destinés à la décoration des espaces, mais sont finalement restés là dans des caisses.

Le MNAz
Au début du XXe siècle, afin d’être sauvegardés, plusieurs monuments furent placés sous la tutelle du Musée national des arts anciens, établissant que l’église et les dépendances de la Mère de Dieu à Xabregas devaient être considérées comme des pièces jointes de ce musée national.

Avec les commémorations du cinquième centenaire de la naissance de la reine D. Leonor, la Fondation Calouste Gulbenkian a financé d’importantes œuvres d’art dans le cloître du couvent afin d’y organiser une grande exposition évocatrice. À la fin de l’exposition, le 7 janvier 1958, la question de l’utilisation de ces espaces pour l’installation d’un musée de la tuile fut immédiatement posée.

Sous la direction attentive et compétente de l’ing. João Miguel dos Santos Simões, le musée du carrelage a grandi, pièce par pièce, conquérant l’espace occupé par les ateliers d’asile D. Maria Pia.

Enfin, le 26 septembre 1980, le musée du carrelage s’émancipe en devenant national et devenant autonome par rapport au musée national d’art ancien, qui fait office d’annexe depuis le 18 décembre 1965.

Comme tout organisme, les bâtiments ont également besoin de grandir, de changer, de se valoriser, de se concentrer sur eux-mêmes des lieux de mémoire et des expériences passées, devenant ainsi des espaces de vie.

Collection
La collection du musée présente des carreaux de céramique décoratifs ou azulejos de la seconde moitié du XVe siècle à nos jours. Outre les carreaux, il comprend de la céramique, de la porcelaine et de la faïence du 19ème au 20ème siècle. Son exposition permanente commence par une présentation des matériaux et des techniques utilisés pour la fabrication des carreaux. Après cela, le parcours de l’exposition suit un ordre chronologique.

Exposition permanente
L’exposition permanente du musée est présentée dans les salles de l’ancien monastère et retrace l’histoire du patrimoine de la tuile au Portugal du XVIe siècle à nos jours. L’église, les chapelles de Saint Antoine et de la reine Leonor, ainsi que le choeur font également partie de cette exposition.

Expositions temporaires
Un certain nombre d’expositions sont exposées au musée pendant une certaine période, comme “L’art des carreaux au Portugal” en 2000, “Ana Vilela raconte ses histoires sur les carreaux” en 2008, “Moi et le musée” en 2016, “De la Ombres de Kyoto à la lumière de Lisbonne “en 2017.

Départements
Le service de gestion des stocks et des collections est responsable de l’inventaire, de la conservation préventive et du déplacement des collections du musée. Le département Recherche et documentation recueille et traite des informations sur les tuiles et la faïence, en portant une attention particulière à la production et à l’utilisation au Portugal, dans le but de développer les connaissances nécessaires à la classification correcte du patrimoine et à sa diffusion dans des expositions permanentes, des expositions temporaires, catalogues et autres publications.

Le Département de la conservation et de la restauration développe, à travers sa pratique et sa réflexion théorique, les méthodes et principes menant à de bonnes pratiques de conservation et de restauration du patrimoine Azulejo, en tant qu’objet de musée ou patrimoine intégré à l’architecture, traitant également de problèmes connexes. avec de la céramique. Le service éducatif développe systématiquement des activités pédagogiques et culturelles destinées aux soins spécialisés, à la production d’événements uniques et à des outils de diffusion du musée et de ses collections pour différents publics, à l’intérieur et à l’extérieur du musée.

Conservation et restauration
Le Département de la conservation et de la restauration développe, à travers sa pratique et sa réflexion théorique, les méthodes et principes menant à de bonnes pratiques de conservation et de restauration du patrimoine Azulejo, en tant qu’objet de musée ou patrimoine intégré à l’architecture, traitant également de problèmes connexes. avec de la céramique.

Il prépare des diagnostics, des propositions de traitement et effectue des interventions de conservation et de restauration sur des carreaux et des ensembles de carreaux intégrés dans l’architecture des entités publiques et privées, ce qui permet d’élaborer des avis techniques et des spécifications pour les interventions. Il peut en assurer le suivi. et supervision.

Il soutient la formation par le biais de stages universitaires et professionnels et d’une formation continue pour les professionnels de la conservation et de la restauration des carreaux. restauration de panneaux de carreaux

Le service Conservation et restauration dispose d’ateliers de traitement par voie sèche et humide, d’un laboratoire de physique et chimie, de salles de peinture et de fabrication de carreaux, ainsi que d’une archive documentaire des traitements qu’il effectue et coordonne.

En collaboration avec le Département des expositions et de la muséographie, il encourage la mise en œuvre du plan de conservation préventive du musée.

Recherche
Le département Recherche et documentation recueille et traite des informations sur les tuiles et la faïence, en portant une attention particulière à la production et à l’utilisation au Portugal, dans le but de développer les connaissances nécessaires à la classification correcte du patrimoine et à sa diffusion dans des expositions permanentes, des expositions temporaires, catalogues et autres publications.

À cette fin, des archives documentaires de carreaux in situ, de carreaux et d’autres productions céramiques de collections publiques et privées ont été enregistrées, et des fonds d’archives et des fonds documentaires liés aux centres de production, aux usines et aux auteurs ont été fouillés. Carreaux et céramiques anciens et contemporains.

Le grand chercheur sur les carreaux, João Miguel dos Santos Simões, fondateur et premier responsable du Musée du carreau, a souligné la nécessité de créer un centre d’études sur les carreaux, appuyé par une bibliothèque thématique et un bulletin destiné à la diffusion des travaux de recherche.

En l’honneur de Santos Simões a été créée en 2006 le réseau thématique d’études sur les carreaux et la céramique João Miguel dos Santos Simões, avec le soutien de la Fondation pour la science et la technologie.

À partir de 1987, la recherche est devenue l’une des priorités du musée et a commencé à se développer de manière durable avec la création de la bibliothèque. Le centre de documentation, le lancement de projets de recherche sur les carreaux et faïences portugais, les études rendues publiques dans des expositions temporaires avec les catalogues respectifs, et par la publication du magazine Azulejo, ouverte aux chercheurs nationaux et étrangers.

Les connaissances ont progressé dans ce domaine, en développant des projets de recherche couvrant des études thématiques et chronologiques diverses sur les centres de production et les directions gustatives de la tuile et de la faïence portugaises du XVIe au XXe siècle, les travaux d’auteurs contemporains, le recensement des sources iconographiques de tuiles et l’établissement de normes et de terminologie pour la céramique.

Bibliothèque
La bibliothèque est spécialisée dans le carrelage, la céramique, la conservation et la restauration de la céramique. Il existe également des titres d’histoire de l’art, d’iconographie et de muséologie, regroupant plus de 6000 titres, notamment des monographies, des catalogues d’expositions et des périodiques.